GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Réforme du Code du travail: Manuel Valls essaie de calmer le jeu

    media Le Premier ministre français Manuel Valls, à gauche, aux côtés de la ministre du Travail Myriam el-Khomri et du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, le 22 février 2016 près de Mulhouse. REUTERS/Vincent Kessler

    Face à la colère provoquée par l'avant-projet de loi de réforme du Code du travail, à laquelle sont opposés sept Français sur dix selon un sondage Odoxa pour Le Parisien, et à la veille d'une semaine de mobilisation contre le texte, le Premier ministre essaye de calmer le jeu. Dans une interview au Journal du dimanche, Manuel Valls promet des améliorations de la loi, et se défend face de préparer des échéances personnelles.

    Manuel Valls monte au créneau, mais en douceur. A la veille de ses premières rencontres avec les syndicats, pour discuter de la réforme du Code du travail qui a suscité une bronca à gauche, le Premier ministre a décidé d’arrondir les angles. Il promet donc des améliorations du texte, contre lequel une pétition a déjà recueilli plus d’un million de signatures.

    Deux pistes d'amélioration proposées

    Le chef du gouvernement veut répondre aux interrogations, aux inquiétudes. Il entend lever des ambiguïtés contenues dans le projet de loi el-Khomri, enrichir et compléter, faire évoluer ce qui doit évoluer. Deux points particulièrement critiqués par les syndicats devraient faire l'objet d'améliorations, promet M. Valls.

    Le barème limitant à 15 mois de salaires les indemnités obtenues par le salarié aux prudhommes en cas de licenciement abusif pourrait être adapté, assure le Premier ministre, qui exclut néanmoins de le remettre en cause. De même pour l'extension des critères de licenciement économique, dont Manuel Valls estime que la loi clarifie des motifs déjà reconnus et appliqués par les juges.

    Pas de passage en focr sur le texte ?

    Tendant la main aux syndicats, vent debout contre ce projet, le chef du gouvernement persiste dans son affirmation que cette loi relève du « gagnant-gagnant » pour l'entreprise et pour les salariés. Elle relève selon lui de la « flexisécurité » à la française, en donnant des droits nouveaux aux salariés.

    Le Premier ministre a visiblement senti le danger. Même s’il continue de plaider pour une réforme essentielle et contre le statu quo, Manuel Valls dément avoir jamais envisagé un passage en force sur cette réforme. Il dit vouloir convaincre. Changement de ton et de méthode : le chef du gouvernement met désormais en avant la pédagogie et le dialogue.

    Valls dément jouer une carte personnelle

    Surtout, Manuel Valls tente de se débarrasser de cette image de « jusqu'au-boutiste » prêt à tout pour faire passer le texte. « Jamais je ne ferai de chantage à la démission », dit-il, réaffirmant au passage sa loyauté envers le président de la République. Une manière de répondre à ceux qui le soupçonnent de jouer une carte personnelle.

    L’exercice est périlleux. Manuel Valls doit concilier sans céder, et son sort à Matignon dépend forcément de sa capacité à y parvenir. Le gouvernement a jusqu'au 24 mars, date de la présentation du texte en Conseil des ministres, pour convaincre les syndicats et organisations étudiantes. Une série de rencontres sont prévues dès lundi entre Matignon et les organisations syndicales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.