GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    François Hollande essuie les critiques pour avoir décoré le prince héritier saoudien

    media Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, face au président François Hollande, lors de leur rencontre du 4 mars 2016 à l'Elysée, à l'occasion de laquelle le prince héritier saoudien a été décoré. REUTERS/Stephane De Sakutin/Pool

    Vendredi 4 mars, François Hollande a remis la médaille de l’ordre national de la Légion d’honneur au prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, qui est aussi ministre de l'Intérieur dans son pays. Des voix s'élèvent en France contre cette prestigieuse décoration. Le président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme, notamment, ne mâche pas ses mots. Mais le ministre français des Affaires étrangères défend le geste du chef de l'Etat.

    Vendredi, le président français recevait à l'Elysée le prince héritier saoudien Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz al-Saoud, vice-président du Conseil des ministres et ministre de l'Intérieur d'Arabie saoudite. Cette rencontre fait depuis lors l'objet d'une polémique en France.

    La Saudi Press Agency a en effet révélé qu'après cette visite, « le président français a remis à son Altesse la médaille de l’ordre national de la Légion d’honneur, qui est la plus haute distinction française, pour tous ses efforts dans la région et dans le monde dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme ».

    « C'est le bon client que la France décore ? »

    Depuis, les critiques fusent, pour dénoncer cette Légion d'honneur, remise à l'un des principaux dirigeants d'un pays qui procède notamment à de nombreuses exécutions capitales : plus de 150 l'année dernière, 70 depuis début 2016. D'autant que la présidence française n'a pas jugé utile de confirmer l'information avant dimanche.

    « On se demande ce que la France décore. C'est le bon client que la France décore ? C'est l'amateur de peine de mort ? C'est le propagandiste d'un islam rigoriste ? L'Arabie saoudite exécute ses opposants, elle exécute des déliquants de droit commun, elle maintient les femmes dans un régime moyen-âgeux », dénonce Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme.

    « Des attitudes contraires au minimum de nos valeurs »

    « Que le gouvernement français vende des armes à l'Arabie saoudite, ma foi, dans l'ordre international qui est le nôtre, il ne faut pas trop s'en étonner, ajoute Michel Tubiana sur RFI. Mais qu'en revanche, il se donne le ridicule d'aller glorifier un homme qui participe du régime que je viens de décrire, là, franchement, on se demande à quoi ce gouvernement pense. »

    Pour le président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme, au fond, en décorant Mohammed ben Nayef, le gouvernement français « cautionne un régime, les attitudes de ses dirigeants, qui sont contraires au minimum de nos valeurs, et il galvaude aussi la plus grande distinction française ».

    La présidente du Front national, Marine Le Pen, a aussi critiqué cette décoration. « L’Arabie saoudite est un allié privilégié des socialistes, comme il fut un allié privilégié de l’UMP avec le Qatar, a-t-elle déclaré. Si le président de la République fait cela discrètement c’est peut-être qu’il a honte de son geste ou qu’il considère que cette décoration n’est pas méritée. »

    « Je pourrais vous en citer plein, des Légions d’honneur »

    Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, était présent vendredi à l'Elysée lors de l'entrevue entre le chef de l'Etat français et le prince héritier saoudien. Sur la radio France Inter, ce lundi matin, il a tenté d'expliquer le geste du président envers son hôte :

    « C’est une tradition diplomatique, et je pourrais vous en citer plein, des Légions d’honneur qui ont été données. Il n’y avait rien de solennel. Il y a parfois des traditions diplomatiques qui peuvent étonner, il faut le prendre comme tel », assume l'ancien Premier ministre.

    « Dans la paix en Syrie, l’Arabie saoudite a un rôle à jouer »

    « J’ai vu les réactions. On peut les comprendre. Mais je crois que nous discutons avec ce pays, l’Arabie saoudite. J’ai rencontré mon homologue, le ministre des Affaires étrangères, à deux reprises déjà. Et de quoi nous discutons ? Nous discutons de la paix en Syrie. Et dans la paix en Syrie, l’Arabie saoudite a un rôle à jouer », assure Jean-Marc Ayrault.

    Et le chef de la diplomatie de rappeler la position - partagée par Paris -, que l'Arabie saoudite défend dans le dossier syrien : encourager la reprise des négociations, si le cessez-le-feu est totalement respecté, mais aussi faire en sorte que l’aide humanitaire arrive, et enfin encourager l’opposition. Pour Jean-Marc Ayrault, « ça méritait une Légion d’honneur ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.