GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: manifestation de Calaisiens à Paris pour demander de l'aide

    media Les Calaisiens arboraient des t-shirts «J'aime Calais» lors de la manifestation du 7 mars 2016, à Paris REUTERS/Philippe Wojazer

    Plusieurs centaines d'habitants de Calais et ses environs se sont rassemblés ce lundi 7 mars à Paris pour demander que le Calaisis, par où transitent des centaines de migrants, soit reconnu « en état de catastrophe économique exceptionnelle ».

    Ils sont venus à Paris pour dire qu'ils ont mal. Quelque 500 habitants de Calais se sont rassemblés devant les ministères de l’Economie et des Affaires étrangères pour demander que le Calaisis soit reconnu « en état de catastrophe économique exceptionnelle ».

    Ils affirment subir une baisse de fréquentation estimée à 40% et surtout, ils ne supportent plus que leur ville soit seulement associée à la crise migratoire.

    Yann Capet est député de Calais et il a tenu à monter dans le bus au côté de ses administrés. Il est venu à Paris avec eux pour dire que Calais n'est pas qu'un camp de réfugiés. « On a tendance à avoir cette image depuis plusieurs mois. Les artisans et les commerçants en souffrent. C’est le message que nous venons passer à Paris aujourd’hui en disant qu’on a besoin d’être soutenu. Le Calaisis vit une situation exceptionnelle, on a besoin d’un traitement exceptionnel », affirme l’élu.

    Jérôme Pont est propriétaire de deux magasins de vins et spiritueux à Calais. 50% de sa clientèle vient d'Angleterre et depuis le début de la crise migratoire, ses magasins enregistrent une baisse de 20 à 25% de fréquentation. Selon lui, les clients britanniques n'osent plus faire le déplacement : « Nos clients anglais nous disent qu’ils veulent être rassurés sur la sécurité et deuxièmement, ils veulent être certains que lorsqu’ils prennent un bateau, les horaires soient respectés. »

    La délégation, reçue à l'Elysée, a obtenu des engagements pour des aides fiscales et pour un nouveau rendez-vous dans deux semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.