GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: ouverture à Paris du procès d'une filière jihadiste présumée

    media Le palais de justice de Paris. Wikimedia Commons / Nitot

    Ce lundi 7 mars 2016 s'ouvre au palais de justice de Paris le procès d'une filière jihadiste, dite de Champigny-sur-Marne, une commune du Val-de-Marne. Cette filière est suspectée d'avoir acheminé plusieurs candidats au jihad en Syrie en 2013. Onze hommes et une femme sont renvoyés devant le tribunal correctionnel.

    Sur ces douze prévenus, seul cinq seront réellement présent dans le boxe ce lundi. Car les autres seraient aujourd'hui en Syrie. Deux d'entre eux y auraient même trouvé la mort.

    Le grand absent de ce procès, parmi les prévenus, se nomme Mustapha Mraoui, dit Abou Abdallah. Ex-imam de la mosquée de Villiers-sur-Marne, âgé de 30 ans, il est soupçonné d'avoir été le cerveau de cette filière jihadiste.

    Mustapha Mraoui, connu pour ces prêches radicaux, est présenté par la justice comme le recruteur, le chef de cette filière. Il aurait rejoint lui-même les rangs de Daech.

    Conditionnement mental au départ en Syrie

    L'enquête a permis d'établir qu'en 2013, Mraoui réunissait quotidiennement à la mosquée de Villiers un groupe de jeunes hommes. Au programme : enseignement religieux teinté de radicalisme et aussi entraînement aux sports de combat.

    Les témoignages ont aussi révélé que cet imam conditionnait mentalement ses recrues, afin qu'ils se coupent de leur famille, les menaçant de représailles s'ils renonçaient à se rendre en Syrie.

    Pendant une semaine, la justice va donc tenter de déterminer les rôles endossés par chacun des prévenus et s'attacher aussi à établir des liens entre les membres de cette filière et d'autres jihadistes français actifs en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.