GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche 25 juillet de ne pas suspendre le comité national olympique russe (ROC) et de laisser les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation des sportifs russes, au regard de critères très stricts, avant les Jeux de Rio.

    France

    «Internationales graphiques», l’art des affiches politiques

    media Grapus : « Les militaires bafouent les droits de l’homme en Turquie », 1982. Collection BDIC. Affiche montrée dans l’exposition « Internationales graphiques » à la BDIC. Grapus

    Comment protester en dessin ? Dans les années 1970 et 1980, l'affiche était souvent le vecteur privilégié des luttes politiques et sociales. À Paris, l’exposition « Internationales graphiques » montre jusqu’au 29 mai, à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Bdic), plus de 170 affiches politiques de cette époque.

    C'était avant l'invention d'internet. Pour protester, pour initier un combat, il y avait les affiches. Graphistes, peintres et dessinateurs mêlent l'art et la politique pour créer un produit culturel à part entière.

    L'affiche politique connait plusieurs âges d'or, les années 1920 avec les constructivistes russes ou encore les printemps européens des années 1960. Entre 1970 et 1990, l'époque est aux grandes mobilisations planétaires, contre la guerre du Vietnam ou contre l'apartheid. C'est à cette période foisonnante que la Bibliothèque de documentation internationale rend hommage. On a vu émerger alors quelques-unes des figures iconiques du XXe siècle.

    De Che Guevara à la Colombe de la paix

    « Bien sûr, on pense à la figure de Che Guevara ou au chapeau conique vietnamien, remarque Valérie Tesnière, la commissaire de l'exposition. Il ne faut pas oublier la colombe de la paix. Une colombe de la paix qui marche chez Grapus, qui est en prison chez Klaus Staeck. Il y a aussi le thème des trois continents, des pays non-alignés… »

    Mais dans les années 1970, il n'y a pas que la rhétorique du poing levé ou du fusil brandi, l'époque est aussi aux luttes sociales « et à l’annonce de la mobilisation citoyenne, les marches pour la paix, poursuit Valérie Tesnière. Quand je vois cette affiche de Grapus qui reprend la colombe de Picasso et qui lui adjoint des pieds dessinés, je suis frappée. En fait, on est beaucoup plus dans quelque chose qui nous parle aujourd’hui que dans la rhétorique un peu facile du poing levé ou du fusil brandi. Certes, cette rhétorique existe, mais elle est un peu en train de s’essouffler dans ces deux décennies. »

    Les écoles et les collectifs

    L'exposition Internationales graphiques met en lumière les réseaux, les écoles et les collectifs. Le groupement Grapus en France ou encore Wild Plakken aux Pays-Bas. Les graphistes puisent leur inspiration chez les constructivistes mais aussi dans le pop art américain. Deux pays deviennent à la fois des références et des sources d'inspiration, la Pologne du graphiste Henryk Tomaszewski et Cuba.

    « À cette époque, l’île est assez peu alphabétisée au moment où Fidel Castro fait sa révolution. Très nettement, l’affiche est un moyen de propagande par image. Ce qui n’est pas du tout vrai pour la Pologne. Les graphistes y sont dans une situation beaucoup plus ambigüe. Pour eux, l’affiche est aussi un moyen d’avoir une certaine liberté d’expression qui ne passe pas forcément par un message politique. D’ailleurs, les Polonais investissent largement l’affiche culturelle. »

    Avec le durcissement des lois sur l'affichage public, les artistes militants ont peu à peu déserté les murs des cités. Aujourd'hui, l'affiche politique est devenue davantage un objet intime, poster ou œuvre d'art. 

    Grapus : « Pour envoyer les gosses au soleil… Secours populaire français, 1984. [Tirage d’après la photographie d’une affiche de Grapus placardée en ville]. Collection BDIC. Affiche montrée dans l’exposition « Internationales graphiques » à la BDIC. Grapus

    ► Internationales graphiques – Collections d’affiches politiques 1970-1990, exposition jusqu’au 29 mai à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Paris.

    ► Le jeudi 10 mars, de 17h à 19h aura lieu à la Bdic le séminaire Quand la solidarité s’affiche : graphisme et imaginaire visuel.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.