GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Sonia Rykiel était connue pour ses vêtement à rayures noires et colorées. Elle fut surnommée la «reine du tricot» dans les années 1970. Sa famille a annoncé son décès à l'AFP.

    Dernières infos
    France

    France: quelle sécurité dans le nouveau camp de migrants de Grande-Synthe?

    media Les nouvelles constructions pour accueillir les migrants à Grande-Synthe. RFI/Guilhem Delteil

    C'était, de l'aveu même du préfet du département, « le camp de la honte ». Le camp de Grande-Synthe, sur le littoral du nord de la France, accueillait en début de semaine encore 1 050 migrants, candidats à la traversée vers le Royaume-Uni. Ce camp est désormais fermé. Entre lundi et ce mercredi 9 mars, ses occupants ont tous déménagé dans le premier véritable camp de réfugiés ouvert en France, toujours sur le territoire de la commune de Grande-Synthe. Un camp qui répond aux normes internationales, selon l'organisation Médecins Sans Frontière qui l'a construit, mais pas aux normes françaises, estime la préfecture du département. Les normes de sécurité ne sont pas satisfaisantes, estime le représentant de l'Etat.

    Le maire de Grande-Synthe y voit un nouvel épisode d'un bras de fer avec l'Etat. Pour Damien Carême, il y a une volonté de lui mettre des bâtons dans les roues, le gouvernement n'étant pas favorable à l'ouverture de ce camp. « La seule préoccupation du préfet est la sécurité des migrants », répond la préfecture du Nord. Une mise en demeure a ainsi été adressée au maire lundi soir 7 mars pour qu'il mette ce camp en conformité avec la réglementation, notamment en matière de lutte contre les incendies. Quatorze prescriptions - comme l'installation de détecteurs de fumée ou l'accroissement de l'espace entre les cabanons d'habitation - ont été formulées.

    Mais en réponse, le maire dit « privilégier la santé publique sur le code de l'urbanisme ». Le camp du Basroch était, à ses yeux, trop insalubre pour y laisser un millier d'hommes, femmes et d'enfants. Et son entourage rappelle que l'Etat a été condamné en novembre dernier pour manquement à ses obligations en matière de santé publique dans la Jungle de Calais.

    Reste que la mairie s'est engagée à prendre certaines mesures d'urgence. Un gardien de nuit, chargé d'appeler les secours en cas d'incendie, devrait être présent sur le camp. Et des détecteurs de fumée prochainement installés.

    Cliquez pour afficher le diaporama:

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.