GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: les syndicats étudiants déçus de leur réunion avec Manuel Valls

    media Les représentants de l'Union nationale française des étudiants de France (UNEF) rencontre Myriam El Khomri (ministre du Travail), Manuel Valls (Premier ministre) et Emmanuel Macron (ministre de l'Economie) à l’Elysée, à Paris, le 11 mars 2016. AFP/THOMAS SAMSON

    Alors que la jeunesse est fermement mobilisée contre le projet de loi Travail, le chef du gouvernement a reçu les organisations syndicales étudiantes à Matignon pour apaiser les tensions. Mais aucune des deux parties ne s’est dite prête à faire des concessions. Déçu des discussions, le principal syndicat étudiant, l’Unef, appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 31 mars prochain.

    La guerre est déclarée entre les membres du gouvernement et les organisations syndicales étudiantes à l’issu d’une matinée de réunion au sujet de la loi Travail. Sur le perron de Matignon, le président de l’Unef, la principale organisation étudiante n’avait pas le sourire : il se dit déçu et déterminé.

    « Le désaccord de fond reste entier », a déclaré William Martinet. Pour cause, les échanges ont été tendus, les différentes parties sont restées sur leurs positions. Les étudiants ont demandé l’annulation totale du projet de loi, mais leur requête a été refusée par Manuel Valls.

    De son côté, le Premier ministre a affirmé vouloir « bâtir un compromis dynamique et ambitieux » promettant de « corriger, rectifier, changer ce qui doit l'être, lever les ambiguïtés et répondre aux interrogations qui se sont fait jour, non seulement de la part des organisations patronales, syndicales et de la jeunesse, mais d'une manière générale dans la société ».

    « Réformer, ça n'est pas passer en force, ça n'est pas brutaliser », a commenté Manuel Valls.
     

    « Pas de véritables discussions »

    Sur « les questions centrales », « la modulation du temps de travail, la modulation de la rémunération des heures supplémentaires, la question des indemnités prud'homales (...) il n'y a pas de véritable discussion, on nous a renvoyés à des discussions sur des sujets annexes, pour plus tard », a commenté William Martinet, 27 ans.

    A l’origine de cette colère, le changement de position du gouvernent : les étudiants ont affirmé qu’au départ, le gouvernement avait assuré que ces réformes ne concernaient pas la jeunesse. Or, ils estiment que le texte favorise la précarité de la jeunesse. C’est pourquoi ils ont requis plusieurs modifications : un accès aux droits sociaux ou encore une reconnaissance des diplômes dans l’entreprise.

    De leurs côtés, les deux autres syndicats sont plus souples : ils demandaient quelques ajustements. Ils sont d’ailleurs toujours en discussion avec les membres du gouvernement présents lors cette réunion, Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.