GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Anglicismes, gallicismes, faut-il en avoir peur?

    media Les langues étrangères se sont révélées hospitalières pour les emprunts d'origine française. Wikipedia

    Les puristes qui se plaignent de l’invasion d’« anglicismes » faisant des « ravages » dans la belle langue de Molière et d'Aimé Césaire, entendent répondre que la présence du français dans les autres langues, proches ou lointaines, n’est pas moins substantielle. En témoigne le « rendez-vous » français qu’on retrouve jusqu’à chez les Arabes, les Japonais ou les Persans. « Charme », « routine », « cocarde », « cabaret », « restaurant » ont eux aussi fait le voyage inter-linguistique. En fin de compte, si les « ravages » linguistiques n’étaient qu’une forme de commerce naturel entre les langues ?

    Depuis la loi Toubon et le décret du 3 juillet 1996, c’est en toute légalité que les rédactions de France et de Navarre font la chasse aux anglicismes, américanismes, italianismes et autres « -ismes » qui ont tendance à parasiter les copies des journalistes. Ce nationalisme linguistique ne devrait pas nous faire oublier que les langues voyagent, s’enrichissent mutuellement en puisant les unes dans les ressources des autres et réciproquement.

    Tout comme le français dans lequel, selon les linguistes, les emprunts lexicaux s’élèvent à 15% des entrées d’un dictionnaire usuel qui compte normalement 60 000 mots, les langues étrangères, proches mais aussi lointaines, se sont enrichies de mots d’origine française. Pour la spécialiste des langues Henriette Walter, les mots d’origine française représentent les deux tiers du vocabulaire anglais. Quant au portugais, sur ses 9 500 mots d’origine étrangère, près de deux tiers viennent du français. On appelle « gallicisme » ces emprunts lexicaux au français.

    Voici un exemple de gallicisme flagrant : « His passé leg in a multiple pirouette sweeps through rond de jambe en l’air into the opening battement of a series of grands jetés en tournant. » C’est ainsi qu’un journaliste américain rendait compte, en 1975, dans le magazine New Yorker en 1975 d’un spectacle de danse. Apparemment, le compte-rendu n’avait pas suscité l’ire des puristes outre-Atlantique. Certes, cette phrase est une exception, d’autant que la danse comme la mode (chic, décolleté, négligé, déshabillé, chignon, collier…), la gastronomie (apéritif, dessert, entrée, potage, menu, mayonnaise, béchamel) ou l’art de la guerre (batterie, cadet, capitaine, commandant, grenadier…) sont des domaines où les mots et les expressions françaises sont passés souvent tel quel dans les autres langues européennes, notamment en anglais.

    Or cette influence du français ne se limite pas qu’aux langues européennes. Certaines des langues lointaines d’Asie ou d’Afrique ont accueilli, elles aussi, des emprunts lexicaux venant du français. Le phénomène est particulièrement impressionnant, en persan sur lequel le français a exercé l’influence la plus vaste et profonde, plus que les autres langues européennes avec lesquelles les Iraniens ont été en contact tout au long de leur histoire plurimillénaire.

    Comment ? Pourquoi ? Quand ? L’histoire de l’accueil des gallicismes en anglais et en persan, deux langues qui ont peut-être bénéficié le plus de l’inventivité linguistique des Français, permet de relativiser les « ravages » creusés par les anglicismes dans la belle langue de Molière. Ou par les « persianismes » qui sont eux aussi très nombreux en français (azur, bazar, épinard, jasmin, kiosque, lascar, mascarade, narguilé, orange, paradis, pêche, persienne, pyjama, pour ne citer que ceux-là).

    Influence du français sur l’anglais

    Parmi les langues européennes, l’anglais est sans doute la langue qui a emprunté le plus au lexique français. L’aventure du français en Angleterre a commencé il y a bientôt mille ans. Venue cohabiter avec les parlers locaux à la faveur de l’invasion normande de l’île de Grande-Bretagne en 1066, la variante du français de l’époque a profondément marqué l’ancien anglais.

    Cette influence linguistique perdure jusqu’à aujourd’hui, comme en témoigne l’abondance des mots d’origine française en anglais. Selon les linguistes, 60% du vocabulaire anglais était d’origine française jusqu’au XVIIIe siècle et il en reste aujourd’hui environ 50%, ce qui représente un corpus considérable. La plupart de ces mots sont entrés au moment de la formation de la langue anglaise, et se sont naturalisés et anglicisés par la prononciation, au point que le locuteur n’a plus souvent aucune conscience de l’origine de ces mots très divers qu’il emploie couramment, comme par exemple « combatant », « enemy », « memoir », « homage », « department », « proprietor », « mariage »… A contrario, un certain nombre de mots sont passés dans le langage courant, tout en conservant leur graphie française, jusqu’aux accents : « passé », « déjà vu », « fiancé », « séance »…

    Ce phénomène d’emprunt au français ne s’est pas arrêté avec la Seconde Guerre mondiale, considérée pourtant comme la fin de la domination du français et le début de la montée de l’anglo-américain. Il suffit de feuilleter régulièrement les journaux économiques et politiques pour constater que le français n’a pas dit son dernier mot. Les articles de la presse anglaise abondent en gallicismes pas toujours cachés : « accord », « aide », « alliance », « base », « belligerent », « cadre », « catastrophe », « client », « coup », « dispute », « document », « dossier », « entrant », « entrepreneur », « financier », « ideologue », « protégé », « repertoire », « resistance », « riposte », « traffic », « tariffs »...

    Il arrive même que certains des mots d’origine française se retrouvent sur le devant de la scène, comme cela s’est passé en 2012 avec l’entrée de « touché » et de « bigot » dans la liste des dix mots les plus utilisés de l’année. Ces deux mots sont arrivés respectivement en deuxième et troisième position des demandes d’information sur le site en ligne de Merriam Webster, éditeur de dictionnaires le plus important outre-Atlantique. Passé en anglais avec son accent, le premier terme doit sa notoriété, semble-t-il, à son utilisation par l’un des héros d’un programme de téléréalité très suivi par le grand public américain. Quant à la ferveur populaire qu’a suscitée le deuxième terme, il la doit aux débats sur les mariages homosexuels qui ont envenimé la campagne présidentielle de 2012.

    Axe linguistique Téhéran-Paris

    En dehors de l’Europe, l’influence du français sur le persan a toujours intrigué les observateurs du phénomène des échanges linguistiques dans le monde, d’autant que les échanges entre le français et le persan ne découlent pas de conquêtes territoriales ou de colonisation, comme cela s’est passé en Afrique ou en Asie du Sud-Est. Ils sont le résultat d’attraction et d’estime civilisationnels réciproques.

    Si les premiers contacts entre les Iraniens et la France remontent au XIIIe siècle, c’est sous la dynastie des Qadjars (1794-1925) que les relations franco-iraniennes connaissent leur véritable essor, avec des échanges diplomatiques et intellectuels intenses. En 1804, le roi qadjar faisait parvenir une lettre à Napoléon en lui proposant une alliance franco-perse contre leurs ennemis communs britanniques et russes. La proposition avait, semble-t-il, beaucoup intéressé l’empereur qui réfléchissait sans doute déjà à sa future campagne de Russie.

    Le premier échange de diplomates entre les deux pays date de l’époque de Louis-Philippe (1838) et la tradition se poursuivra sous Napoléon III et après. C’est à cette époque qu’on voit les premiers orientalistes français s’intéresser au persan pendant qu’au Collège de France on se penche sur les complexités du Zoroastrisme (religion de l’Iran pré-islamique).

    Mozaffaredin Shah fait la couverture du Petit Journal lors de sa visite à Paris en août 1900. wikipedia

    L’Iran, pour sa part, est engagé pendant cette période dans une vaste entreprise de modernisation du pays dont la première étape a consisté à envoyer des nobles de la Cour en France pour suivre des formations, notamment militaires. Une fois formés, ces nobles rentraient au pays pour servir à la Cour ou pour enseigner la langue et la culture françaises à d’autres membres de la noblesse. Cette transmission passe aussi par des traductions des ouvrages techniques et scientifiques, mais également des ouvrages des penseurs français comme Rousseau, Voltaire, Montesquieu qui ont contribué à l’initiation des Iraniens aux grandes évolutions sociales et intellectuelles de l’Occident. La transmission passe aussi par les écoles françaises dont la première date de 1839 à Tabriz par des communautés chrétiennes. La mode des écoles françaises connaît un formidable essor tout au long du XIXe siècle, à tel point qu’en 1913, la Perse comptait 76 écoles françaises dans lesquelles les enseignements étaient dispensés exclusivement dans la langue de l’Hexagone.

    Cet engouement pour la France, sa culture, ses sciences et sa société expliquent l’influence que le français a exercé sur le persan. Selon des spécialistes, 82,7% des emprunts lexicaux d’origine européenne en persan proviennent du français. Ces emprunts occupent une place importante dans le vocabulaire de la vie quotidienne, mais aussi dans les domaines de spécialité tels que la médecine, le droit, les sciences et techniques où les savoirs ont été renouvelés grâce aux traductions des ouvrages français. Ils vont des emprunts simples (« otobus », « rob do chamr ») à des calques ou à des traductions littérales (« rah-e-ahan » pour chemin de fer) en passant par des hybrides désignant des expressions dont une partie est empruntée et l’autre est persane (« konferans-e saran » pour conférence des chefs).

    Ainsi, il est raisonnable de penser que dans un hôpital à Ispahan ou à Téhéran, avec un médecin lui parlant d’« alerji », de « bakteri », de « compres », de « kurtaj », de « panseman », de « sorang », de « serom », de « tumur », de « vaksan », de « virus », il y a des chances que la touriste francophone ne soit pas tout à fait dépaysée. Il lui faudra peut-être faire un effort pour comprendre l’instruction du médecin qui lui demande de « dializ kardan », mais si elle est un peu linguiste, elle saura que « kardan » est un auxiliaire qui aide à conjuguer les verbes. Mais elle va devoir certainement consulter son dictionnaire persan-français qu’elle a toujours dans son sac à dos pour déchiffrer le compliment de son médecin galant sur ses « Tchechmaan-e-abi ghashang » (les beaux yeux bleus) !

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.