GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: les jeunes à nouveau dans la rue contre le projet de loi Travail

    media Nouvelle journée de mobilisation contre la loi sur la réforme du travail, les jeunes ont défilé dans les rues de Paris et de province, le 17 mars 2016. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Les jeunes manifestent dans plusieurs villes de France contre la loi Travail, une réforme déjà rejetée par certains syndicats. En marge du cortège parisien, des incidents avec les forces de l'ordre ont éclaté. La gare de Rennes en Bretagne a également été envahie par des manifestants et le trafic des trains a été interrompu.

    Les lycées parisiens étaient bloqués, ce jeudi 17 mars, par les manifestants, vent debout contre la loi sur le travail. Au total, 23 organisations de jeunesse ont tenu à être présentes pour cette nouvelle journée de mobilisation. Et ce, malgré les amendements apportés au texte par le gouvernement. 

    La version du projet de loi présentée lundi 14 mars n'a visiblement pas convaincu l'Unef, le premier syndicat étudiant.

    C08 FRA Loi travail SON Martin Bontemps : l'Unef toujours mobilisée lanc joint 17/03/2016 - par RFI Écouter

    Les étudiants reconnaissent néanmoins quelques avancées, comme le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales, mais ils dénoncent toujours une loi qui renforce le pouvoir des employeurs et qui précarise les jeunes salariés.

    Sur les pancartes, beaucoup d'attaques contre le patronat avec des caricatures d'un autre siècle montrant des patrons bedonnant avec perruques, d'autres pancartes avec « toujours plus dans la Khomri», mais aussi cette formule courte et efficace «on vaut mieux que ça».
    Reportage au coeur du rassemblement étudiant 17/03/2016 - par Laurence Théault Écouter

    A Paris, trois manifestants ont été interpellés et deux policiers légèrement blessés, selon une source policière et à Rennes, la gare a été brièvement envahie par des manifestants. A Rennes toujours, qui abrite l'une des universités les plus politisées de France, le parti du président François Hollande était la cible de slogans hostiles : « Parti socialiste, Parti esclavagiste », « P comme pourri, S comme salaud ! ».

    Plus de 3 000 personnes à Lyon, au moins 2 700 à Rennes, 2 500 à Toulouse et 2 200 à Bordeaux ont défilé dans l'ensemble de la France. Selon le syndicat Unef, c'est plus de 150 000 jeunes au total qui sont descendus dans les rues, en France. A Paris, la préfecture de police estimait qu'entre 8 800 et 9 200 personnes défilaient cet après-midi.

    Quelques débordements enregistrés

    En marge de ces manifestations, des petits groupes de jeunes s'en sont pris aux forces de l'ordre, tandis que des casseurs commettaient des faits de vandalisme. Entre 300 et 400 personnes ont aussi jeté de la peinture et des canettes sur la mairie et d'autres projectiles sur les forces de l'ordre. Un policier a été légèrement blessé et un jeune interpellé.

    A Paris, trois manifestants ont été interpellés et deux policiers légèrement blessés dans le même type d'incidents. A Marseille, des échauffourées ont brièvement éclaté entre une centaine de jeunes, dont certains encagoulés, et des policiers devant un commissariat.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.