GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la zone sud de la «Jungle» de Calais désormais totalement démantelée

    media Destruction d'une cabane d'habitation. RFI/Guilhem Delteil

    Ce sont sept hectares et demi redevenus terrain vague. Ils étaient occupés depuis plus d'un an par un vaste camp sauvage de migrants. Cet espace était la zone sud de la « Jungle » de Calais, désormais totalement démantelée. Les cabanes et abris de fortune ont été rasés. Les travaux avaient été annoncés pour durer un mois, ils ne se sont finalement étalés que sur deux semaines et demie. Mais les autorités françaises et les associations d'aide aux migrants tirent des bilans très différents de cette opération.

    3 455, c'est le nombre précis d'habitants de la zone sud de la « Jungle » de Calais recensés par l'Auberge des migrants avant le début du démantèlement. Selon l'association, la majorité d'entre eux serait toujours à Calais. L'essentiel des cabanes et caravanes a été, dit-elle, déménagé dans la zone nord pour l'instant préservée, mais peut-être pas pour longtemps. Et pour Christian Salomé, président de l'Auberge des migrants, cette perspective risque d'augmenter la vulnérabilité des migrants.

    « On va se retrouver avec peut-être 3 000, 4 000 personnes, qui vont aller dans des mini-camps autour de Calais, c’est possible qu’ils retournent en centre-ville comme avant, dormir sous les ponts, dans les jardins publics. Ils vont partir sur les routes, la Belgique s’y attend, elle a fermé ses frontières. On a des gens qui arrivent jusqu’à Dieppe, partout où il y a des ports. On voit aussi des gens qui essaient de passer en Zodiac la nuit, un peu de tous les points de la côte. »

    Selon Christian Salomé, un peu moins de 1 000 personnes ont quitté la « Jungle » de Calais depuis le début du démantèlement de la zone sud, un constat que partagent les services de l'Etat. Quelque 897 migrants ont rejoint les logements alternatifs, assure la préfecture. Mais pour elle, cela correspond à peu près au nombre de personnes concernées par le démantèlement. Un bilan officiel qui se veut donc une réussite.

    Et la préfecture de réaffirmer la détermination du gouvernement à ce que « plus aucun migrant ne dorme dans un abri sauvage ». Ceux transférés dans la zone nord sont donc en sursis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.