GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Guerre d’Algérie: une Journée nationale du souvenir pour «la paix des mémoires»

    media Le président François Hollande durant son discours au Quai Branly à Paris, le 19 mars 2016, pour la première commémoration de la fin de la guerre d'Algérie, dont la date choisie fait polémique. Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

    Le président français François Hollande a justifié ce samedi, lors d'une cérémonie très solennelle au Quai Branly à Paris, son choix de commémorer le cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie pour rendre hommage aux victimes de ce conflit.

    « Le sens de la journée nationale du 19 mars, c’est d’honorer toutes les douleurs et de reconnaître toutes les souffrances », a affirmé François Hollande dès le début de son discours. Les noms des dizaines de milliers de victimes de la guerre d'Algérie défilent sur les trois stèles mémorielles où le président de la République a déposé une gerbe de fleurs.

    A plusieurs reprises, François Hollande a cherché à justifier le choix du 19 mars, une date qui, dit, « ne marque pas encore la paix mais, le début de la fin de la guerre d’Algérie ».

    Harkis, pieds noirs, Algériens, anciens combattants, Français rapatriés, le chef de l’Etat n’oublie personne. Cette cérémonie s’adresse à tous ceux qui aiment l’Algérie et ont souffert pour elle. « Faire la paix des mémoires, cela veut dire, - à tous les Français qui ont l’Algérie en partage -, que nous sommes ensemble », a-t-il déclaré.

    Se rassembler, regarder le passé en face. François Hollande annonce l’ouverture des archives de l’époque, la venue d’anciens combattants dans les écoles, une mémoire apaisée défendue par un chef de l’Etat rassembleur. « Alimenté la guerre des mémoires, c’est rester prisonnier du passé », a rappelé le président de la République française, un message à la droite et à l’extrême droite qui ont critiqué ce choix du 19 mars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.