GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: face au juge d'instruction belge, Abdeslam charge Abaaoud

    media Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam. Reuters

    Son attitude face aux enquêteurs était une grande interrogation. Salah Abdeslam, arrêté vendredi dernier, allait-il coopérer, parler ? Ou allait-il rester muet ? Selon nos confrères de BFMTV, il semblerait que le probable unique survivant des commandos qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier ait opté pour la première option. Au cours de son audition, samedi dernier au lendemain de son arrestation, avant les attentats de Bruxelles, donc, Salah Abdeslam aurait répondu aux questions, et aurait tenté d'atténuer son rôle devant le juge d'instruction.

    Les éléments matériels, Salah Abdeslam ne les réfute pas, selon ses propos rapportés par BFMTV. Le jeune homme reconnaît la location à son nom de deux voitures et de logements utilisés par les terroristes du 13 novembre 2015.

    Mais il dit l'avoir fait à la demande de son frère, Brahim, qui s'est fait exploser ce soir-là devant le café Le Comptoir Voltaire. A en croire Salah, c'est d'ailleurs Brahim qui lui aurait donné l'argent nécessaire à la préparation de ces attaques.

    Sur son rôle, le jeune Français arrêté la semaine passée affirme qu'il devait se faire exploser dans le Stade de France. Son frère lui avait, affirme-t-il, donné sa ceinture explosive. Mais il a, à en croire ses déclarations, renoncé.

    Combien de fois Abdeslam a-t-il rencontré Abaaoud ?

    Interrogé sur le nom du principal responsable de ces attaques, Salah Abdeslam parle alors d'Abdelhamid Abaaoud, tué lors d'une opération de police à Saint-Denis quelques jours après les attentats de novembre.

    Là aussi, dit Salah Abdeslam, c'est son frère qui lui en a parlé. Pour sa part, il affirme n'avoir rencontré cet individu de nationalité belge, présenté comme l'homme clé de cette cellule, qu'une seule fois, deux jours avant les attentats.

    Pour sa défense, le survivant des commandos de Paris charge donc les morts. Mais ses déclarations se heurtent à certains éléments de l'enquête. Le jeune homme a notamment été condamné avec Abdelhamid Abaaoud pour braquage en 2010.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.