GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: nouvelle vidéo de pratiques cruelles dans un abattoir

    media Agneaux de lait et de veaux tués dans l'abattoir de Mauléon-Licharre. © L214

    Quelques mois après ceux d'Alès et du Vigan dans le Gard, l’association animaliste L214 (L214 comme l'article du code rural qui reconnait les animaux en tant qu'êtres sensibles) dénonce, vidéo à l'appui, des cas de maltraitances envers des animaux dans l'abattoir de Mauléon, au Pays Basque (sud-ouest de la France). Le maire de Mauléon ordonne la fermeture immédiate de l'établissement.
     

    Les images sont insoutenables, on y voit des employés qui commencent des opérations de découpe des pattes et de la tête sur des animaux encore conscients ou encore un agneau écartelé vivant pris entre deux crochets en l'absence de personnel.

    Or si la mort d'animaux d'élevage n'est jamais douce, elle est encadrée, l'abattoir de Mauléon viole plusieurs articles du règlement européen infligeant aux bêtes des souffrances évitables.

    Lire aussi : En France, les animaux changent de statut juridique

    Sébastien Arsac, porte-parole de l'association L214, ne mâche pas ses mots. « On est face à un meurtre alimentaire, c’est-à-dire c’est un meurtre à l’arme blanche et au couteau. La mise à mort peut dépasser 10 minutes pour les bovins. »

    Pour éviter de telles pratiques, l'association revendique qu'on installe des caméras de surveillance dans les abattoirs, mais pas seulement. « Si les services vétérinaires faisaient leur travail, il y aurait beaucoup moins de souffrance dans les abattoirs, explique Sébastien Arsac. Ça, c’est déjà une étape. A court terme, il faut que les contrôles soient réellement réalisés par les services vétérinaires, que ce ne soit pas seulement les sanitaires, mais aussi la question de la protection des animaux, puisque ça fait partie de leurs prérogatives, ça, c’est très important. La commission européenne qui fait des contrôles pour voir si les autorités font bien leur travail en France pointe du doigt régulièrement dans leurs rapports les carences des services vétérinaires. »

    L214 a porté plainte contre l'abattoir de Mauléon pour acte de cruauté envers les animaux au Tribunal de grande instance de Pau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.