GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: décès du critique gastronomique Jean-Pierre Coffe

    media Jean-Pierre Coffe, gastronome atypique, le 22 septembre 2013 à Paris. KENZO TRIBOUILLARD / AFP

    Le chroniqueur gastronomique Jean-Pierre Coffe, qui a collaboré avec de très nombreux médias, est mort à l'âge de 78 ans, a annoncé mercredi la radio RTL. Il a passé sa carrière à promouvoir le savoir-vivre culinaire.

    Selon plusieurs médias, il s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi dans sa maison de Lanneray en Eure-et-Loir dans des circonstances qui n'ont pas été divulguées.

    « C'est de la merde ! » Jean-Pierre Coffe ne mâchait jamais ses mots pour dénoncer la malbouffe, cheval de bataille de l'animateur qui fut également restaurateur et comédien.

    Crâne rasé, ses célèbres lunettes rondes et colorées sur le nez, ce bon vivant piquait volontiers des colères, comme ses célèbres sorties contre le jambon sous vide. Peu de médias ont échappé à ses coups de gueule poussés pendant une trentaine d'années aussi bien à la télévision (il a commencé sur Canal Plus en 1984 et a passé près de dix ans sur France 2 au côté de Michel Drucker) qu'à la radio (dont RTL, aux Grosses Têtes, et France Inter avec l'émission culinaire « Ca se bouffe pas, ça se mange !»).

    Convaincu que l'on pouvait bien manger pour pas cher, Jean-Pierre Coffe appelait les consommateurs à « changer leurs habitudes alimentaires », à privilégier les produits de saison, à renouer avec le plaisir de cuisiner.

    L'animateur, qui affirmait toujours payer l'addition dans les restaurants parce que « la liberté est à ce prix-là », a également signé une soixantaine d'ouvrages sur la cuisine et le jardinage, de livres de recettes.

    Dans une autobiographie parue en mai 2015, Une vie de Coffe, il évoquait son enfance difficile, mais aussi sa souffrance quand son ex-femme avait décidé d'avorter, ainsi que sa bisexualité.

    (AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.