GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Manifestations contre la loi Travail: à l'ouest du pays, les ponts de Normandie et de Tancarville bloqués
    • Energie: le baril de Brent au-dessus de 50 dollars pour la première fois de l'année
    France

    France: Reda Kriket soupçonné d'avoir préparé un acte d'une «extrême violence»

    media Le procureur de la République de Paris François Molins a donné une conférence de presse ce 30 mars à Paris. JACQUES DEMARTHON / AFP

    Le jihadiste présumé Reda Kriket, soupçonné avec un complice présumé arrêté aux Pays-Bas d'appartenir à un réseau projetant une action terroriste « imminente », a été mis en examen mercredi par un juge antiterroriste à Paris et placé en détention provisoire.

    Jeudi dernier, les enquêteurs ont arrêté Reda Kriket à Boulogne-Billancourt, à l'ouest de Paris, et ont mené parallèlement une perquisition dans un appartement d'Argenteuil, au cours de laquelle ils ont découvert des armes et des explosifs.

    « A ce stade des investigations, si aucune cible précise projetée n'a pu être identifiée, tout laisse néanmoins à penser que la découverte de cette cache a permis d'éviter la commission d'actions d'une extrême violence », a déclaré le procureur de la République François Molins lors d'une conférence de presse ce 30 mars.

    Il en veut pour preuve « les armes, les engins explosifs, pour certains déjà prêts à l'emploi, les téléphones neufs (...) ainsi que les passeports volés » retrouvés dans « l'appartement conspiratif » d'Argenteuil.

    Dans le détail, les policiers ont retrouvé entre autres du matériel et des produits servant à fabriquer des explosifs, de petites quantités d'explosif de type TATP prêt à l'emploi, cinq passeports français volés, cinq fusils d'assaut, un pistolet mitrailleur et sept armes de poing.

    « Allers-retours entre la France, la Belgique et les Pays-Bas »

    Il s'agit là d'« un arsenal qui, de par la nature et la quantité des objets découverts, constituait à l'évidence les préparatifs d'une action terroriste imminente », a encore dit le procureur.

    Selon François Molins, Reda Kriket, 34 ans, s'est défendu lors des interrogatoires menés ces derniers jours d'être un « terroriste ». A l'issue de six jours de garde à vue, une durée exceptionnelle, il a notamment été mis en examen pour « participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle, c'est-à-dire en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes », « acquisition, détention et cession d'armes de catégories A et B en bande organisée », « fabrication en bande organisée d'engins explosifs ou incendiaires », « détention et transports de substances et produits incendiaires ou explosifs en vue de la préparation d'atteinte aux personnes par substance explosive », « toute infraction en relation avec une entreprise terroriste », a détaillé le procureur.

    Reda Kriket et Anis Bahri, ce dernier interpellé dimanche aux Pays-Bas dans cette enquête à la demande des autorités françaises, sont « soupçonnés » de s'être rendus en Syrie entre « fin 2014 et début 2015 », a-t-il ajouté. Depuis leur retour, ils étaient suspectés « de faire des allers-retours entre la France, la Belgique et les Pays-Bas ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.