GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La Colombie a franchi une étape historique ce lundi à Carthagène en signant un accord de paix avec la guérilla des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) qui met fin à 52 ans de conflit armé dans le pays.

    France

    France: la réforme constitutionnelle voulue par Hollande mal en point

    media En attendant la décision de François Hollande, la révision de la Consitution est dans l'impasse. AFP

    François Hollande va-t-il renoncer à réunir le Congrès pour faire adopter la révision constitutionnelle ou tenter de trouver, malgré les divisions, un compromis sur une réforme a minima en renonçant à y introduire la déchéance de nationalité ? Le président de la République doit trancher rapidement sur l'avenir de cette réforme qu'il avait proposée après les attentats du 13 novembre.

    François Hollande peut-il encore réunir le Congrès pour faire voter la révision de la Constitution ? A entendre le socialiste Christian Paul, qui est hostile à la déchéance de nationalité, le débat est clos.

    « Nous n’irons pas à Versailles, annonce d'emblée le chef de file des frondeurs. Je pense que le président de la République aurait totalement raison d’enterrer cette idée et de tourner la page. »

    Tourner la page de ce débat, le député Les Républicains Eric Woerth y est aussi favorable. « Sans déchéance je pense qu’il ne peut pas y avoir de Congrès. Ce serait faire régresser les choses en fonction des intérêts du président de la République », estime l’élu.

    Et les intérêts du chef de l’Etat, la droite ne veut pas les défendre. Une attitude que ne manque pas de dénoncer le socialiste Patrick Mennucci. Le député des Bouches-du-Rhône rejette la faute sur l'opposition qui a refusé le compromis sur la déchéance de nationalité.

    « Ils nous ont rabattu les oreilles avec l’unité nationale et cette unité nationale vole en éclats parce qu’ils ne veulent pas venir voter, accuse-t-il. Donc on voit bien qu’on est dans des postures. »

    Sauver les meubles

    Des postures qui n'empêchent pas le socialiste Yann Galut d'espérer la réunion d'un Congrès pour voter l’article 1 sur l’état d’urgence. Une disposition qui, contrairement à l'article 2 sur la déchéance de nationalité, bénéficie d'un relatif consensus entre l'Assemblée nationale et le Sénat. « J’espère que le président de la République va convoquer le Congrès, mais seulement avec cet article 1, et que la droite prendra ses responsabilités sur cet article », affirme Yann Galut.

    Un Congrès a minima mais un congrès quand même. Comme pour sauver les meubles. Avant de trancher, François Hollande doit recevoir ce mercredi 30 mars avant le Conseil des ministres le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone ainsi que son homologue du Sénat Gérard Larcher. Dans une lettre adressée mardi au chef de l’Etat, le sénateur Les Républicains appelle le président Hollande à prendre « rapidement un décision ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.