GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Aujourd'hui
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Antisémitisme en France: le président Macron annonce qu'il se rendra ce mardi après-midi au Mémorial de la Shoah
    Dernières infos
    • Alsace: «environ 80 sépultures» d'un cimetière juif ont été profanées à Quatzenheim (préfecture)
    • Accusations d'antisémitisme: Varsovie déclare attendre des excuses d'Israël (hauts responsables polonais)
    • Pénalisation de l'antisionisme: l'arsenal législatif actuel «tout à fait au point», indique Richard Ferrand sur BFMTV et RMC
    • Attentat au Cachemire indien: le Pakistan se déclare prêt au dialogue mais ripostera s'il est attaqué (Premier ministre)
    • Automobile: le constructeur Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021
    • Télécommunications: «Le monde ne peut pas se passer» de Huawei, selon son fondateur Ren Zhengfei dans un entretien à la BBC
    • Antisémitisme: «geste symbolique» de Larcher et Ferrand au mémorial de la shoah ce mardi (communiqué)
    • Le cyclone Oma s'éloigne de la Nouvelle-Calédonie, des dégâts mineurs à déplorer
    • Finances: Bruno Le Maire se déclare «totalement opposé» à la suppression des niches fiscales (RTL)
    France

    Terrorisme: François Hollande renonce à réviser la Constitution

    media «J'ai décidé, après m'être entretenu avec les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, de clore le débat constitutionnel», a annoncé, ce 30 mars 2016, François Hollande. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

    Le président français a annoncé, ce mercredi, sa décision de renoncer à réviser la Constitution, devant l'impossibilité d'unir l'Assemblée nationale et le Sénat sur son projet de déchéance de la nationalité pour les auteurs d'actes terroristes. Un compromis est « hors d’atteinte », a jugé François Hollande.

    François Hollande a mis un terme à son projet d'une réforme de la Constitution, annoncée après les attentats jihadistes de novembre dernier à Paris et qui prévoyait notamment une extension de la déchéance de nationalité. Le chef de l’Etat a clairement fait porter à l’opposition la responsabilité de l’échec de cette réforme, qui néanmoins, était loin de faire l’unanimité au sein de sa propre majorité.

    Après avoir constaté que l'Assemblée nationale dirigée par la gauche, et le Sénat sous majorité de droite, « ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un même texte » et qu'« une partie de l'opposition est hostile à toute révision constitutionnelle », « j'ai décidé de clore le débat », a déclaré François Hollande lors d'une allocution solennelle.

    L'impossible compromis avec les « frondeurs »

    Le chef de l'Etat, s'exprimant à l'issue du Conseil des ministres, a constaté qu'un « compromis était hors d'atteinte » sur la question de la déchéance de nationalité, contestée au sein même de son camp socialiste et qui avait poussé la ministre de la Justice à démissionner en janvier.

    La semaine dernière, le Sénat avait réservé l'extension de la déchéance de nationalité aux seuls binationaux, arguant ne pas vouloir créer d'apatrides, là où l'Assemblée nationale l'avait théoriquement étendue à tous les Français afin de ne pas créer de discriminations.

    Le texte de l'Assemblée avait recueilli le vote de plus de 3/5e des députés, celui du Sénat a été adopté à la majorité simple. Ce projet de réforme, qui comprend également la constitutionnalisation de l'état d'urgence déclenché le soir des attentats du 13 novembre, devait être adopté dans les mêmes termes par les deux chambres pour permettre la réunion du Congrès.

    Or François Hollande avait lui-même exprimé sa réticence quant à une navette trop longue entre les deux chambres, arguant que « les Français voulaient que ça se termine ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.