GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Nuit debout» à Paris: les manifestants bien décidés à continuer

    media Les manifestants de «Nuit Debout» ont investi la place de la République à Paris à l'issue de la manifestation contre la loi Travail, jeudi 31 mars 2016. THOMAS SAMSON / AFP

    La place de la République, au coeur de Paris, a été évacuée ce samedi matin, à l'aube. La police a délogé quelque 80 manifestants qui participaient à la deuxième «Nuit debout», un rassemblement non autorisé contre le projet de loi Travail du gouvernement. Mais les participants comptent bien rester jusqu'à lundi. Au moins.

    La place de la République a connu ce samedi matin sa deuxième évacuation en deux jours. Dans la foulée de la manifestation du jeudi 31 mars contre la loi Travail portée par la ministre Myriam El Khomry, la première « Nuit Debout » s'était improvisée sur la place devenue le symbole des rassemblements spontanés après les attentats de l'an passé à Paris. Une cinquantaine de lycéens et militants y ont passé la nuit, avant de se faire déloger par la police.

    Même situation hier, vendredi 1er avril. Plus de 500 personnes s'étaient rassemblées en début de soirée. Une façon pour eux d’occuper le terrain tout en créant de nouvelles formes de contestation. D'ailleurs le mouvement « Nuit Debout » ne nie d'ailleurs pas s'inspirer des Indignados espagnols.

    Toute la nuit, des débats et des tours de paroles ont été organisés et la contestation s'est structurée en commissions. Certains manifestants sont chargés de collecter de la nourriture et des matériaux pour construire des abris. Car l'objectif affiché est bien d'occuper la place jusqu'au retrait de la loi Travail.

    A peine délogés par les forces de l'ordre, les militants étaient donc de retour ce samedi après-midi. « On est en train de surfer sur la vague de la première journée qui a servi au mouvement pour se créer une base solide de données, engager des actions, structurer les Nuits debout et le conceptualiser comme une sorte de mouvement permanent », rapporte Hugo.

    Deux barnums sont installés sur la place. Autour de cafés bien chauds, les différentes commissions se réunissent pour organiser la lutte. « C’est un ras-le-bol il me semble assez général. On est dans un système politique dans lequel la droite et la gauche appliquent exactement la même politique, et nous, en tant que citoyens, on n’est pas écoutés. Et hier, on a vécu une assemblée absolument merveilleuse avec plusieurs milliers de personnes, se réjouit José, espagnol vivant en France depuis 15 ans. On est face peut-être à un printemps français ». Une allusion aux printemps arabes de 2011.

    Les manifestants n'ont pas encore de plan précis sur la suite du mouvement. Seule certitude, les « Nuits Debout » se poursuivront jusqu'à lundi matin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.