GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    France

    France: ultime vote sur la pénalisation des clients de prostituées

    media Une prostituée sur la promenade des Anglais, à Nice. Reuters/Eric Gaillard

    Depuis deux ans, le projet de loi sur la pénalisation des clients de prostituées est en discussion au Parlement. Mercredi 6 avril, l’Assemblée nationale va enfin voter le texte qui prévoit notamment une amende de 1 500 euros pour les personnes achetant un acte sexuel. Mais la mesure divise toujours.

    Les deux chambres n'auront donc pas réussi à se mettre d'accord. Pendant deux ans, le projet de loi sur la pénalisation des clients de prostituées a fait l'aller-retour entre l'Assemblée nationale et le Sénat, les députés étant pour cette disposition et les sénateurs contre. Mais dans le processus législatif français, en cas de désaccord, l'Assemblée nationale dispose du dernier mot. Elle devrait donc voter le texte ce mercredi 6 avril.

    Pourtant, le projet de loi ne convainc pas tout le monde au sein de la majorité. Si les socialistes et les communistes sont pour, ce n'est pas le cas des écologistes. Comme plusieurs associations, ils redoutent que cette mesure ne pousse les prostituées à plus de clandestinité et de précarité en les forçant à se cacher pour exercer. Elles seraient alors plus difficiles d'accès pour les organisations qui leur viennent en aide.

    La pénalisation du client n'est cependant pas la seule mesure de ce texte. Il prévoit par exemple la création d'un parcours de suivi et d'accompagnement social pour aider à sortir de la prostitution. Il abroge également le délit de racolage passif, une mesure emblématique adoptée en 2003 lorsque Nicolas Sarkozy était au ministère de l'Intérieur, jugé inutile et stigmatisant pour les prostituées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.