GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: avec En marche, que cherche Emmanuel Macron?

    media Avec son mouvement politique «En marche», le ministre de l'Economie Emmanuel Macron entend s'extraire du traditionnel clivage gauche-droite. ALAIN JOCARD / AFP

    En lançant un nouveau mouvement politique baptisé En marche, ni à droite ni à gauche, Emmanuel Macron se positionne sur le terrain convoité par Manuel Valls de la recomposition politique et prépare le terrain pour la présidentielle de 2017. Une initiative qui pourrait servir François Hollande.

    Pour qui roule Emmanuel Macron ? A l'entendre, pour personne, mais pour défendre des idées neuves et débloquer la société. Son nouveau mouvement politique En marche, EM, comme Emmanuel Macron, n'est pas un parti, il est ouvert à toutes les bonnes volontés issues de la gauche, du centre, de la droite.

    Objectif : créer une majorité d'action. Cela ressemble beaucoup à la démarche de Ségolène Royal avant la présidentielle de 2007, quand elle avait lancé Désir d'avenir en dehors du Parti socialiste.

    Manuel Valls pris au piège

    Cette initiative dont Emmanuel Macron avait informé François Hollande, n'est pas vue d'un mauvais œil du côté de l'Elysée et pour cause, si le chef de l'Etat était à nouveau candidat en 2017, son protégé pourrait jouer les rabatteurs d'électeurs. Et puis, si François Hollande renonçait à se présenter, son jeune ministre de l'Economie, chouchou des sondages, serait en position d'y aller à sa place.

    Finalement, c'est surtout Manuel Valls qui a du souci à se faire. Emmanuel Macron vient de préempter une place convoitée sur l'échiquier de la recomposition politique que le Premier ministre souhaite lui aussi. Les deux hommes sont plus que jamais concurrents. Mais le patron de Bercy a un coup d'avance et profite de sa plus grande liberté d'action, tandis que Manuel Valls est pour le moment pris au piège de sa fonction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.