GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Afrique

    Procès des pirates somaliens: des peines de 16 à 22 ans de prison requises

    media Croquis représentant les sept pirates somaliens dans leur box, le 29 mars 2016, au tribunal de Paris. BENOIT PEYRUCQ / AFP

    Sept pirates somaliens ont été jugés aux assises de Paris ce lundi pour avoir attaqué, en 2000, le voilier Tribal Kat et tué son skipper dans le golfe d'Aden. On ne connait pas encore le verdict, mais la procureure requiert des peines de 16 à 22 ans de prison.

    La procureure Sylvie Kachaner en est convaincue, les sept accusés ont tous manifesté une volonté commune de mener à bien cet acte de piraterie dans le golfe d’Aden. « La co-action est totale », indique-t-elle. « Pas de place pour l’amateurisme dans cette expédition menée par des hommes cruels et déterminés ». Elle requiert donc de 16 à 22 ans de réclusion criminelle.

    Un réquisitoire sans nuance, s’indigne Me Martin Pradel, un des avocats des sept Somaliens : « On a des réquisitions qui sont des réquisitions-fleuves pour dire que les distinctions à réaliser ne doivent pas être faites, pour dire qu’il ne faut pas tenir compte du contexte géopolitique pour venir juger ces hommes. Or c’est précisément l’inverse de ce qu’il faut faire pour bien juger ces hommes, pour bien comprendre les raisons qui les ont conduits à participer à ces faits dramatiques pour les parties civiles. Il faut au contraire se pencher sur les conditions dans lesquelles ils ont vécu, non pas que cela soit une excuse, mais plus parce que c’est une explication. Et la cour doit entendre ces explications. »

    Mais la misère en Somalie n’explique rien, il n’existe pas de crime alimentaire, rétorque le ministère public. C’est désormais aux jurés de se faire une intime conviction. Le verdict est attendu mardi.

    ► A (RE) LIRE : Procès des pirates somaliens: la veuve du skipper raconte

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.