GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Face aux Français, Hollande assure qu'il ira «jusqu'au bout»

    media François Hollande «face aux Français» sur la plateau de France Télévisions, le 14 avril 2016. REUTERS/Stephane de Sakutin/Pool

    A un an de la présidentielle en France, le président François Hollande, contesté sur tous les fronts, a tenté jeudi 14 avril de défendre son action et renouer le lien avec une opinion défiante lors d'un face-à-face télévisé risqué avec un panel de quatre Français.

    L'opération reconquête de François Hollande a démarré avec l'émission « Dialogues citoyens » sur France 2. Sur le plateau : quatre Français, des journalistes vedettes, un président relégué dans les tréfonds des sondages, à un an de l'échéance présidentielle, avec pour passif quatre années au pouvoir largement contestées.

    L'émission commence par un concentré de pédagogie de ses quatre années  à l'Elysée. « Oui, ça va mieux », a répété François Hollande : il y a « plus de croissance, moins de déficits, moins d'impôts et plus de compétitivité ». Un plaidoyer défensif, un président très précis, parfois même un peu technocrate. François Hollande, à qui souvent ses amis répètent qu'il ne sait pas faire le récit de son quinquennat, a eu cette formule : il a un « fil conducteur » depuis quatre ans, un fil conducteur qui n'a pas varié : moderniser le pays tout en protégeant son modèle social.

    Maintien de la loi El-Khomri

    Défense de son bilan donc, mais aussi de ses engagements pris en 2012 : « Je ne renie rien de ce que j'ai dit au Bourget ». François Hollande répondait là à une question sur son engagement pour la jeunesse, celle qui est aujourd'hui rassemblée massivement, debout la nuit, à Paris et dans plusieurs villes du pays, pour clamer, entre autres, son rejet de la loi Travail El-Khomri. Celle qui, selon François Hollande, est « légitime » à « s'exprimer ».

    A ce sujet, de nouveau accusé d'indécision après des reculades sur plusieurs réformes, il a cependant assuré qu'il ne renoncerait pas à cette loi qui « ne sera pas retirée » même s'il peut y avoir des « corrections » au Parlement. Selon lui, « discuter, concerter (...) ce n'est pas céder à la rue ».

    Deux recadrages : Hollande ira « jusqu'au bout »

    Se défendre et s'afficher toujours soucieux de réformer, « jusqu'au bout », a répété le chef de l'Etat, dans un recadrage très sec adressé à son insolent ministre de l'Economie.

    Emmanuel Macron s'était exprimé depuis Londres juste avant l'émission, disant qu'il avait été décidé d'« arrêter une partie des réformes ». « C'est toujours compliqué de lancer des réformes à la fin d'une mandature », a déclaré le ministre lors d'une conférence organisée par le quotidien économique Financial Times sur l'avenir de l'Europe. Il a notamment évoqué « beaucoup de tensions sociales causées par la situation économique » en France. Réponse de François Hollande : « Emmanuel Macron sait ce qu'il me doit, c'est une question de loyauté politique et personnelle. »

    Recadrage également de son Premier ministre qui aurait souhaité une loi sur le voile à l'université : il n'y en aura pas, a tranché Hollande.

    Candidat en 2017 ?

    François Hollande: «Je ne suis pas indifférent à la tragédie» 14/04/2016 Écouter

    Aux neuf Français sur dix qui jugent négativement son bilan, François Hollande a opposé : « je n'ai pas de doute sur le cap que j'ai choisi », « être président, c'est vivre tout le temps avec la tragédie », « j'ai tenu bon dans toutes les difficultés ».

    En toute fin d'émission est posée l'habituelle question sur la candidature du président en 2017 : il prendra sa décision sur sa candidature « à la fin de l'année ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.