GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Outre-mer: dans le département de Mayotte, la grève générale bat son plein

    media L'accès au village de Bandrele était bloqué mercredi 13 avril 2016, dans le cadre de la grève générale à Mayotte. ORNELLA LAMBERTI / AFP

    La grève générale continue à Mayotte, dans l’océan Indien avec une troisième semaine de mobilisation pour réclamer l’égalité avec les autres départements de France. Le gouvernement a affiché sa position, mardi 12 avril, par la voix de la ministre des Outre-mer. George Pau-Langevin a indiqué que Paris suivait les événements de très près. Mais l’intersyndicale reste déterminée et les barrages routiers continuent. Des violences ont eu lieu ces derniers jours.

    Un manque d’égalité réelle et de considération de la métropole : c’est ce que reprochent en substance les manifestants mahorais, mobilisés depuis plus de deux semaines sur leur île. Le 101e département français abrite une grève générale en train de dégénérer, si bien que des forces de l’ordre vont être envoyées sur place en renfort par Paris.

    Dans la nuit de lundi à mardi, des dizaines de jeunes habitants de Mayotte ont en effet investi les rues de Mamoudzou, caillassant des voitures et des façades de maison sur leur passage. Rivomalala Rakotondravelo est le secrétaire départemental du syndicat des instituteurs et professeurs des écoles à Mayotte. Il habite dans le quartier où se sont produites ces violences.

    « Quand les jeunes se sont déplacés, dit-il, j'étais avec les enfants. On a dû fermer les portes et attendre que les choses se fassent, il n'y avait pas de forces de l'ordre aux alentours. Ces phénomènes ont commencé depuis un certain temps, on est en train de ramasser de plein fouet l'inertie ou le manque de considération à l'égard de la jeunesse. »

    Que demandent exactement les manifestants mahorais ?

    Visiblement, l’intersyndicale reste déterminée à maintenir la pression et n’entend pas lever les barrages routiers qu’elle a mis en place. Les axes principaux de l'île sont en effet bloqués par une poignée de grévistes, constate sur place le journaliste Toufaili Andjilani, de Mayotte 1ère. Suffisant pour paralyser Mayotte, malgré les annonces de la ministre française des Outre-mer, qui a ouvert la voie à la négociation, mais qui n'a pas convaincu les syndicats pour l'instant.

    George Pau-Langevin a notamment affirmé que le gouvernement n’avait pas attendu ce mouvement pour se mettre au travail, afin de permettre à Mayotte de rattraper son retard, et même ses retards, que ce soit sur le plan économique, social ou éducatif. Elle a proposé un calendrier de travail, pour répondre avec méthode et efficacité aux revendications. Une réunion est prévue vendredi entre les représentants syndicaux et les ministères concernés.

    Sont mis en avant par les grévistes : la transposition du Code du travail ; l’application des conventions collectives nationales dans le secteur privé ; la reconstitution des carrières pour les agents des collectivités publiques qui n’ont pas suffisamment cotisé pour pouvoir partir à la retraite dignement ; l’indexation des salaires pour tenir compte de la cherté de la vie ; ou encore une revalorisation pour aligner les prestations sociales sur les taux des autres départements.

    « Par exemple, les prestations sociales et familiales sont inférieures à celles pratiquées dans les autres départements français, déplore Rivomalala Rakotondravelo, du syndicat des instituteurs et professeurs des écoles. Si le Français à la Réunion, ou à Marseille, bénéficie de tel ou tel avantage, et bien Mayotte est en droit de bénéficier des mêmes droits. »

    Une grève particulièrement visible pour les habitants de Mayotte

    Après plus de deux semaines de mobilisation, les effets de la grève se font clairement ressentir au quotidien, et l'organisation patronale française, le Medef, tire la sonnette d’alarme. Le Medef parle d’une perte de plus d'un million d'euros de chiffre d’affaires pour les entreprises en quinze jours.

    Dans le BTP par exemple, des chantiers sont à l’arrêt. Certaines entreprises mettent leurs employés au chômage technique. Autre conséquence pour les habitants de l'île : tous les établissements scolaires de Mayotte sont dépassés. Les ramassages scolaires ne pouvant pas s’effectuer, beaucoup d’élèves restent à la maison, tandis que d’autres rejoignent les piquets de grève.

    témoignage

    A titre personnel, la semaine dernière, j’ai vraiment fait tout le tour de l’île pour trouver une bouteille de gaz. Dans notre village, il y a deux supermarchés. Il n'y a plus de lait en brique, les produits frais ont déserté les rayons, et les gens font des vivres

    Anthony Rousseau, enseignant de français et d’histoire-géographie dans le lycée professionnel de Kahani, à Mayotte 14/04/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.