GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 20 Janvier
Mardi 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Conférence climat à Paris: les associations dénoncent un «coup de communication»

    media Le président français François Hollande a prononcé un discours pour ouvrir la conférence annuelle de l'environnement à l'Elysée à Paris, le 25 avril 2016. REUTERS/Jacky Naegelen

    A Paris s'est ouvert, ce lundi 25 avril, la 4e conférence environnementale sur le climat. Objectif : fixer la feuille de route « verte » du gouvernement pour la fin du quinquennat. EDF devra proposer après 2018 « la fermeture de certaines centrales » et « la prolongation d'autres centrales », a déclare François Hollande lors de son intervention.

    Dans son discours le président français est revenu sur l’accord de Paris trouvé lors de la COP 21. Celui-ci a notamment mis en avant les efforts faits en faveur des énergies renouvelables via les éoliennes. Pour le chef de l‘Etat, il faut réduire la part du nucléaire. Le président a donc évoqué la fermeture des centrales. « Ce n’est pas quelque chose qui s’improvise », a-t-il martelé. Pour la centrale de Fessenheim, le décret autorisant l’exploitation devrait être abrogé cette année. « Des discussions sont en cours entre l’Etat et EDF sur les conditions de cette opération et notamment sur les indemnisations », a précisé le président.

    Ecouter un extrait du discours de François Hollande sur les centrales nucléaires

    Président de la République française

    25/04/2016 - par RFI Écouter

    Bien que la France veuille aujourd'hui réduire de 50% la part du nucléaire dans la production d'énergie, Benoît Hartman, porte-parole de l'association France Nature Environnement, estime que les risques d'accident sont toujours bien présents. « En France, le risque nucléaire est réel et il ne cesse d’augmenter depuis 30 ans (…) puisqu’on a absolument rien fait pour réduire le risque à la source », déplore-t-il.

    Aujourd’hui, il y a urgence estime Benoît Hartman et les choses n'avancent pas assez vite. « C’est pas la peine d‘attendre 2018 pour qu’EDF remplisse le carnet de commandes des centrales à fermer et qu’on puisse enfin anticiper, insiste-t-il. On devrait commencer maintenant. On devrait assumer maintenant que le nucléaire n’est pas compétitif avec les énergies renouvelables et qu’il faut accepter d’en sortir comme de sortir d’une impasse. »

    Trois tables rondes se sont tenues à l’Elysée

    Des industriels, des représentants d’associations environnementales et des ministres comme Stéphane Le Foll ou Marisol Touraine ont pris place autour de tables rondes. Mais, les débats ont plus ressemblé à des speechs bien rodés sur le savoir-faire français en matière d’environnement qu’à de vrais débats.

    A contrario, le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des Landes dans l’ouest du pays a été absent lors de quatrième conférence sur l’environnement. Ce lundi matin, une vingtaine de militants contre le projet ont été bloqués à l’entrée de l’Elysée. Ils souhaitaient participer au débat. François Hollande a rappelé la nécessité du référendum local qui se tiendra à la fin du mois de juin. « Je veillerai à ce que toutes les informations données aux votants soient objectives », a déclaré le président de la République.

    Les associations ont boycotté la conférence

    Pour le directeur général de Greenpeace, cette conférence organisée depuis 4 ans « ne sert à rien » si ce n’est à faire des effets d’annonce. « On était a pour donner l’impression que le gouvernement avait une réelle volonté écologique. On était présent pour la première pour jouer le jeu. (…) On n’a rien à gagner dans ces instances-là, c’est de la communication », a expliqué Jean-François Julliard. Pour l’association il faut faire plus pour les énergies renouvelables où la France accumule du retard.

    La CGT a également boycotté le rendez-vous. Elle dénonce une opération d’affichage : il s’agit d’« une conférence complètement déconnectée des réalités du monde du travail », a taclé le syndicat.

    Jean-François Julliard explique pourquoi Greenpeace a été absent de cette conférence sur l'environnement

    Directeur général de Greenpeace France

    25/04/2016 - par RFI Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.