GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    En Nouvelle-Calédonie, Manuel Valls veut rassurer la population

    media Le Premier ministre Manuel Valls, lors de sa visite à Nouméa le 29 avril 2016. THEO ROUBY / AFP

    Manuel Valls a entamé ce vendredi 29 avril sa visite en Nouvelle-Calédonie. Et dès son arrivée, le Premier ministre a tenu à rassurer les habitants et à montrer sa volonté de répondre à leurs trois principaux problèmes : crise du nickel, sécurité et référendum sur la souveraineté.

    Avec notre envoyée spéciale en Nouvelle-Calédonie, Valérie Gas

    Manuel Valls est venu en Nouvelle-Calédonie pour montrer que l’Etat porte un grand intérêt à ce territoire où les habitants vont devoir choisir s’ils restent ou non liés à la France. C’est au plus tard en novembre 2018 qu’un référendum sur l’accession à la souveraineté doit être organisé en Nouvelle-Calédonie.

    D’un côté, les indépendantistes sont pressés de voter « oui » à la souveraineté. « Ça fait 162 ans que nous attendons, vous voulez qu’on attende encore combien de temps ? 500 ans ? », affirme l’un d’eux. De l’autre, il y a ceux qui veulent rester Français comme le député centriste Philippe Gomez : « Je mettrai un bulletin contre l’indépendance, mais pour une Nouvelle-Calédonie très émancipée au sein de la République française ».

    Face à ces opinions tranchées, le footballeur d’origine kanak Christian Karembeu, qui accompagne Manuel Valls, ne veut pas prendre parti. « Ce sont les Calédoniens qui vont décider, assure-t-il. J’essaie, de ma petite personne, d’apporter mon soutien à ce rééquilibrage économique, politique et social surtout ».

    Faire avancer le débat c’est aussi ce que souhaite Manuel Valls qui ne veut pas être paralysé par le calendrier électoral de la présidentielle. « Ne jouons pas la montre, exhorte-t-il. D’abord, vous ne savez pas ce qui se passera en 2017. L’avenir, il se joue maintenant et il importe donc que l’année 2016 soit une année utile ». Et Manuel Valls s’est engagé à mettre toute son énergie pour y parvenir : « Nous voulons avancer ensemble. Avancer déjà sur les points qui nous rapprochent. Mais il y a un rendez-vous en 2018, il faut hâter le pas. Sur le nickel, chacun doit être conscient de la crise que nous vivons et des solutions qui peuvent être trouvées. Mais l’Etat sera là, il assumera ses responsabilités ».

    L’ancien ministre de l’Intérieur est aussi revenu sur la question de la sécurité. « Nous serons au rendez-vous, assure-t-il. J’ai pleinement conscience de l’exaspération que vivent les Calédoniens par rapport à la violence, aux cambriolages, aux ravages de l’alcool ou du cannabis. Nous allons agir ensemble et je viens là pour apporter des réponses et également pour nous engager dans l’avenir dans bien des domaines ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.