GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Défilé du 1er-Mai en France: manifestation sous tension et incidents à Paris

    media Place de la République, lors des incidents en amont du cortège parisien, le 1er mai 2016. ALAIN JOCARD / AFP

    Le défilé du 1er mai, placé sous le signe de la lutte contre le projet de loi Travail, a rassemblé dimanche 84 000 personnes en France, selon les autorités, avec des incidents en amont de la tête du cortège à Paris, qui ont fait deux blessés légers.

    Plus de 280 manifestations dans toute la France qui se sont « pour la plupart déroulées dans de bonnes conditions », selon le ministre de l'Intérieur. Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve a néanmoins déploré des « incidents inacceptables » dans la capitale de la part d'une « minorité violente et marginale ».

    Au total, 18 personnes ont été interpellées, dont 10 à Paris, où un policier et un manifestant ont été blessés légèrement, selon lui. En marge du défilé entre Bastille et Nation, des jeunes masqués voire casqués ont dégradé du mobilier urbain et, aux cris de « tout le monde déteste la police », lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène.

    Les derniers manifestants ont quitté vers 20h une place de la Nation et deux heures plus tard, c'est place de la République que plus d'une soixantaine de « casseurs » ont jeté des projectiles sur la police, qui a riposté par des tirs de gaz lacrymogène pour les contenir, selon une source policière.

    Un peu plus tôt dans la journée, le cortège, sous tension, a été coupé en deux, arrêté pendant plus d'une heure. De nombreuses familles se sont retrouvées au milieu des gaz lacrymogènes mais n'accusent pas pour autant les fauteurs de troubles.

    Les policiers ont refusé de nous laisser passer. Ils nous ont gazés. On était avec des centaines de personnes, des anciens, des gamins. C’est un véritable état policier, là.

    Reportage dans le cortège parisien 02/05/2016 - par Pierre Olivier Écouter

    Sept syndicats font front commun

    Selon la préfecture de police, le défilé parisien du 1er mai a rassemblé 16 000 à 17 000 participants, 70 000 selon la CGT, qui ont marché à l'appel de sept syndicats de salariés et de jeunes : FO, CGT, FSU, Solidaires, Unef, FIDL et UNL.

    Pour ces manifestants, le mot d'ordre principal était: « Retrait de la loi travail, ni amendable ni négociable ». La CGT refuse tout compromis et exige le retrait du projet de loi avec un point essentiel inacceptable.

    « Tout ce que le gouvernement nous présente comme des avancées peuvent être cassées du fait que dans chaque entreprise on fait ce qu’on veut. Donc le point essentiel de notre opposition à ce projet de loi, c’est le fait de la dérogation : plus de code du travail, plus de conventions collectives. Le gouvernement peut toujours décider de retirer ce texte », explique Philippe Martinez.

    Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, fonction publique, déplore qu'un gouvernement de gauche soit l'artisan de la casse des droits des salariés.

    « Ce qu’on attend d’un gouvernement de gauche c’est qu’il soit promoteur de lois qui vont dans le sens du progrès social et qui, aussi, produise des droits nouveaux. On a un gouvernement qui est aujourd’hui est un peu en train de s’enliser mais qui n’écoute pas non plus. Depuis un mois, le gouvernement aurait pu essayer d’analyser la situation et entendre ce que dit, par exemple, cette intersyndicale. Je pense qu’on aurait avancé un peu plus vite », estime-t-elle.

    De leur côté, les syndicats dits réformistes (CFDT, CFTC et Unsa et la FAGE pour les étudiants) ont préféré organiser des tables rondes, dont l'une sur la loi travail.

    La loi qui s’appelle injustement « loi Travail » est une loi de déstructuration du code du travail. La manifestation s’intègre dans le processus de résistance pour faire retirer ce projet de loi.

    Des manifestants expliquent les raisons de leur colère 02/05/2016 - par Patricia Lecompte Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.