GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Loi Travail: Valls n’écarte pas un recours au 49.3 pour l’adoption du texte

    media Manuel Valls s'est refusé vendredi à lâcher l'arme d'un possible recours au 49-3 pour faire passer le projet de loi sur le travail, comme le réclamaient des députés socialistes. REUTERS/Ramzi Boudina

    L'examen de la loi Travail a débuté cette semaine à l'Assemblée nationale. Face à l'opposition d'une partie des députés socialistes, l'hypothèse d'un recours au 49.3 n'est pas exclue par le Premier ministre. Lors d'une émission sur Public Sénat, Bibliothèque Médicis, diffusée vendredi soir, Manuel Valls l'a confirmé une nouvelle fois.

    Le débat sur la loi Travail vient à peine de commencer, mais Manuel Valls a déjà évoqué à deux reprises l'hypothèse de l'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution, qui permettrait de faire passer ce texte très controversé en force. Lors d'une émission diffusée sur Public Sénat, le Premier ministre a en effet déclaré : « Il ne faut jamais renoncer à un moyen constitutionnel ». Avant de réaffirmer sa détermination en disant : « Ce texte doit passer ».

    Quelques jours plus tôt, avant même le début du débat à l'Assemblée nationale, Manuel Valls avait confié à des journalistes à propos du 49.3 : « C'est un choix que l'on peut faire, mais ce n''est pas le choix que nous privilégions », ajoutant pour temporiser : « Chaque chose en son temps ».

    Conscient des oppositions au sein même du groupe socialiste, Manuel Valls insistait alors sur sa volonté de rester à l'écoute et de négocier en déclarant : « On est là pour s'écouter, avancer ensemble ».

    Une apparente main tendue qui n'a pas convaincu les frondeurs qui ont au contraire dénoncé la volonté affichée dès le départ par le Premier ministre de faire passer le texte en force. Il est vrai que dès le mois de février, c'est à la demande de Matignon que Myriam El Khomri avait évoqué l'utilisation du 49.3 lors d'une interview aux Echos qui avait mis le feu.

    → A (RE) LIRE : France: les pour et les contre la loi El Khomri

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.