GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Uramin: l'ex-patronne d'Areva Anne Lauvergeon mise en examen

    media Anne Lauvergeon, la présidente du groupe français Areva. AFP/JOEL SAGET

    Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva, a été mise en examen vendredi 13 mai dans la soirée pour « présentation et publication de comptes inexacts et diffusion de fausses informations ». Elle a également été placée sous le statut de témoin assisté pour abus de pouvoir, après avoir été entendue toute la journée par un juge d'instruction dans le cadre de l'enquête sur la valorisation de la société minière Uramin, dont le rachat a coûté cher au groupe nucléaire français.

    Les juges lui reprochent d'avoir masqué des dépréciations d'actifs liées à l'acquisition de mines d'uranium en 2007. Ces mines, situées en Namibie, Centrafrique et Afrique du Sud, Areva les a achetées pour 1,7 milliard d'euros. Mais elles se sont finalement révélées peu rentables, voire inexploitables.

    Mais au-delà de ce rachat contesté de la société canadienne Uramin, c'est la présentation des comptes d'Areva après cette acquisition qui interpellent la justice. Et c'est dans cette seconde enquête qu'Anne Lauvergeon était entendue ce vendredi.

    Concrètement, avec ces mises en examen, les juges cherchent à savoir si celle que l'on surnommait « Atomic Anne » a fait pression pour que les provisions pour faire face aux dépréciations d'actifs soient minimisées. Et ce dans l'objectif de retarder la découverte de l'effondrement de la valeur d'Uramin. Un échec qui tombait au plus mal pour Anne Lauvergeon qui tentait de se maintenir à la tête d'Areva.

    Son avocat a assuré à l'AFP qu'elle était mise en examen pour des infractions purement formelles et qu'il n'y avait aucune suspicion de malhonnêteté contre elle.

    Nucléaire: Areva aurait menti à l’Etat sur la valeur d’UraMin

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.