GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mobilisation contre la loi Travail: les cortèges perturbés par des incidents

    media Selon la préfecture de police, des projectiles avaient été lancés à proximité du métro Vavin. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    En France, la mobilisation contre la réforme du Code du travail a repris ce mardi. Les opposants demandent le retrait du texte adopté grâce au 49-3. Blocages de ports, barrages filtrants et bien sûr des manifestations dans les principales villes françaises. Des incidents ont de nouveau éclaté à Nantes mais aussi à Paris. Dans le défilé parisien, des affrontements ont eu lieu entre certains manifestants et des policiers. Cinquante-trois personnes ont été interdites de manifester par arrêté en France, a annoncé le ministre le l'Intérieur.

    Tout avait pourtant commencé dans le calme devant l'Ecole militaire. Le cortège s'est élancé avec à sa tête les responsables des sept syndicats qui appelaient au retrait pur et simple de la loi Travail.

    Mais au métro Vavin, près de Montparnasse, au moins un cocktail Molotov a été lancé en direction des forces de l'ordre, particulièrement nombreuses après les incidents similaires la semaine dernière.

    Les forces de sécurité ont répliqué à coup de gaz lacrymogènes en quantité importante. A l'arrivée à Denfert Rochereau, des gaz lacrymogènes ont à nouveau été tirés. Des personnes au visage masqué ont crié « tout le monde déteste la police ». Douze personnes ont été interpellées.

    Les syndicats ne désarment pas

    Dans cette ambiance, des syndicats ont répété le discours qu'ils tiennent depuis plusieurs semaines maintenant : « Non à la loi Travail, et oui au retrait immédiat ».

    Moustafa Hadji, délégué CGT est dépité : « On affaibli le droit des salariés en donnant toujours plus au Medef, donc on dépouille le Code du travail et bientôt le Code du travail sera une coquille vide. Il n’y aura plus de protection pour les salariés. »

    Principal point de contestation : la primauté des accords d'entreprise sur les accords de branches qui donnent aux entreprises plus de souplesse pour licencier par exemple.

    « Le fait de prioriser les accords d’entreprise par rapport aux accords de branche et au Code du travail par exemple est une aberration. Nous on ne pense pas que faciliter les licenciements pour les entreprises créera plus d’embauches. La création d’emploi passera par la réduction du temps de travail qui est du vrai progrès social », affirme Cécile Gondard-Lalanne, du syndicat Solidaires.

    Seule solution : le retrait pur et simple de la loi. « Cette loi est partie d’un mauvais pied, estime Bernadette Groisin, secrétaire générale de la FSU. Elle ne donne pas de perspectives d’avenir pour les retraités et pour les jeunes qui soient acceptables et donc il faut vraiment que le gouvernement entende que nous avons besoin de rediscuter sur cette loi Travail ».

    L'intersyndicale est prête à se faire entendre encore plus fort. Elle prévoit une nouvelle manifestation jeudi 19 mai.

    Hollande assure qu'il ne «céderait pas »

    François Hollande qui était, ce mardi matin, sur Europe 1 a redit qu'il ne retirerait pas la loi Travail et qu'il ne « céderait pas » sur une réforme qui « a été discutée », « concertée » et « corrigée ». Il a assuré que ce texte était le fruit d'un « compromis », d'un « équilibre ». Le président français a également expliqué qu'il voulait rester dans les mémoires comme un réformateur.

    Selon le décompte de la préfecture de police de Paris, 11 000 à 12 000 personnes ont manifesté à Paris, 55 000 selon le syndicat CGT. Sur l'ensemble du territoire, les autorités annoncent une participation de quelque 68 000 manifestants et 87 interpellations.

    .A (RE) LIRE : La loi Travail, qu’en reste-il ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.