GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: des caméras dans les cellules des prisonniers pour éviter les suicides

    media Prison française REUTERS/ Regis Duvignau

    Pour éviter que Salah Abdeslam, le suspect clé des attentats du 13 novembre, ne tente de s'évader ou de se suicider avant son procès, le nouveau Garde des Sceaux Jean Jacques Urvoas avait mis en place un dispositif exceptionnel : une caméra dans sa cellule pour observer ses faits et gestes 24 heures sur 24. Ni prévu par la loi ni par la réglementation pénitentiaire, ce dispositif pourrait bien se généraliser.

    La cellule est le dernier espace de relative intimité qu'ont les détenus en prison. Partout ailleurs, dans les couloirs et les accès ou encore les ateliers, ils sont scrutés par des caméras.

    Selon un projet d'arrêté qui a fuité dans la presse, le ministère de la Justice songe à généraliser la vidéosurveillance 24 heures sur 24 pour certains détenus. Alors combien et selon quels critères? Difficile à dire pour l'instant.

    Selon l’administration, l’objectif est d'éviter que certains ne se suicident avant leur jugement. Comme ça a été le cas il y a quelques semaines pour un directeur d'école soupçonné de pédophilie ou encore de l'homme qui avait décapité son patron dans une mise en scène islamiste en Isère et qui s'est lui aussi donné la mort en prison.

    Sept fois plus de suicide en prison

    Mais peut-on vraiment éviter les suicides, sept fois plus nombreux en détention qu'en dehors par de simples caméras ? Non rétorquent les syndicats pénitentiaires de gauche et les associations des droits de l'homme. Ceux-ci plaident pour « des solutions d'accompagnement » et estiment que surveiller un détenu, « c'est le rendre plus fou qu'il ne l'est ».

    D'un point de vue juridique et philosophique, la prison c'est la privation de la liberté. Le droit à la vie privé, à la dignité et à l'intimité est censé être garanti. Si cet arrêté venait à passer, la Cour européenne des droits de l'homme pourrait être saisie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.