GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Processus de paix: Benyamin Netanyahu dit «non» à l’offre de la France

    media Le mur de la discorde qui sépare Israël des Territoires palestinens (illustration) Alexandra Novosseloff/Frank Neisse

    Le Premier ministre français a rencontré Benyamin Netanyahu, ce lundi 23 mai en fin matinée, avec pour objectif de lui vendre l’initiative de la France pour relancer le processus de paix. Le Premier ministre israélien a réservé à son homologue français un accueil plutôt chaleureux, mais sur le fond, il s’est montré inflexible.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Manuel Valls et Benyamin Netanyahu s’appellent par leur prénom, ils se tutoient, mais dès lors qu’il s’agit d’évoquer l’initiative française d’une conférence internationale de paix pour le Proche-Orient, le Premier ministre israélien préfère rester ferme. « Pas question d’accepter les diktats venus de l’étranger, dit-il. Seules des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens pourront aboutir à un accord de paix. »

    « J'accepterais avec plaisir une initiative française, mais différente, ajoute-t-il. Cette initiative aurait toujours lieu à Paris car ce serait un endroit merveilleux pour signer un accord de paix. La grosse différence la voilà : je serais seul à seul avec le président Abbas, à l'Elysée ou ailleurs. Et tous les problèmes seraient mis sur la table. »

    → A (RE)LIRE : Israël: moment d’émotion pour Manuel Valls au Mémorial de Yad Vashem

    Netanyahu fait donc une contre-proposition. Manuel Valls est apparemment pris de court : « J'ai entendu la proposition du Premier ministre, j'en discuterai avec le président de la République. Tout ce qui pourra contribuer à la paix et aux discussions directes, nous sommes preneurs. Je viens en ami sincère et entre amis, on se dit tout », conclut le Premier ministre français.

    La France a annoncé qu'elle comptait tenir le 3 juin une première réunion sur le processus de paix, avant une conférence internationale à l'automne en présence des Israéliens et des Palestiniens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.