GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Bras de fer autour de la loi Travail: le terminal pétrolier du Havre bloqué

    media Blocage du terminal pétrolier du Havre, ici le 19 mai 2016. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

    Après Fos-sur-Mer, une nouvelle intervention des forces de l'ordre ce mercredi matin 25 mai pour dégager un dépôt de carburant, celui de Douchy-les-Mines, dans le nord de la France. L'opération a commencé vers 5 heures. D'un côté, les CRS, de l'autre 80 militants de la CGT et du syndicat Sud. Le bras de fer autour de la loi Travail continue et s'étend un peu partout en France. Le terminal qui assure près de la moitié des importations françaises de pétrole au Havre est toujours bloqué.

    Avec notre envoyée spéciale au Havre aux abords du terminal pétrolier, Alice Pozycki

    Depuis l’assemblée générale d’hier soir mardi 24 mai, c’est le piquet de grève devant le terminal pétrolier. Cette nuit, une dizaine de salariés sont restés devant l’entrée du site dans le froid. Ils sont relevés en ce moment même par une trentaine de collègues.

    Parmi eux, six opérateurs vont passer la journée à l’intérieur du terminal. C’est ce qu’explique Franck Barbay, délégué CGT et secrétaire du comité central d'entreprise de la Compagnie industrielle maritime du Havre (CIM) : « Les six personnes qui vont entrer vont faire des rondes à l’intérieur du site et vont vérifier que tout est bien arrêté et que tout se passe bien. Notre détermination depuis hier, depuis plusieurs jours, depuis plusieurs mois, ne change pas et elle est toujours aussi présente. Maintenant, jusqu’à vendredi, ça sera comme ça, jusqu’à vendredi midi ».

    Concrètement, les navires qui importent le pétrole ne sont plus déchargés, les énormes cuves de stockage ne sont donc pas ravitaillées. Or le terminal pétrolier du Havre représente 40% des importations de pétrole en France, et surtout, il alimente les deux raffineries locales qui sont les deux plus importantes de France. L’une d’elles, d’ailleurs, celle de Total, est à l’arrêt complet depuis hier soir.

    Mais le site alimente aussi les aéroports parisiens en carburant. Roissy et Orly pourraient donc être impactés, selon le maire du Havre, si le mouvement social venait à se poursuivre.


    ■ Vers un scénario cauchemardesque ?

    Le gouvernement se refuse de parler de pénurie, pourtant sur les 12 000 stations-services que comptent le pays, 20 % sont touchées et font face à une pénurie totale ou partielle, le phénomène concentré au départ dans le Nord-Ouest touche à présent les régions Ile-de-France, Centre, Rhône-Alpes, Auvergne et PACA.

    Du côté des raffineries, 6 sur 8 sont bloquées, la situation est surtout critique au terminal pétrolier du Havre, faisant craindre pour le trafic aérien mais aussi pour l'activité économique du pays tout entier puisque les routiers eux aussi ont besoin de carburant pour livrer magasins et grandes surfaces. Les secteurs du bâtiment et de la chimie ont tiré la sonnette d'alarme, appelant le gouvernement à des mesures d'urgence pour éviter la paralysie du pays.

    Aucune issue n'est en vue pour le moment, d'autant que le mouvement d'opposition à la loi Travail fait tache d'huile. Un mouvement qui s'amplifie là aussi, pratiquement tous les secteurs de transport seront en grève ces prochaines semaines, arrêt de travail à la SNCF aujourd'hui et demain, et annonce d'une grève reconductible dans le rail à partir de mardi prochain 31 mai, mobilisation aussi dans les transports parisiens à partir du 2 juin.

    Le trafic aérien sera également perturbé ce jeudi 26 mai, avec notamment 15% de vols annulés à Orly, les syndicats de l'aviation civile menacent d'arrêter le travail du 3 au 5 juin. Et puis ça sera aussi la huitième journée d'action nationale demain contre la loi travail. Si le mouvement se poursuit, c'est un scénario cauchemardesque qui se dessine pour le gouvernement avec le début de l’Euro 2016 de football le 10 juin dans toute la France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.