GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentat au Bataclan: des rescapés dénoncent des défaillances de sécurité

    media Une rescapée de l'attaque du 13 novembre 2015 au Bataclan dénonce notamment l'inaction de plusieurs militaires à l'extérieur de la salle de concerts. REUTERS/Benoit Tessier TPX IMAGES OF THE DAY

    Ce jeudi 26 mai se tient la dernière journée de rencontres entre les juges chargés de l'enquête et les familles des victimes des attentats du 13 novembre 2015. Comme la veille, ce sont les proches des 90 personnes mortes au Bataclan ainsi que les rescapés qui se réunissent à l'Ecole militaire, à Paris. Les parties civiles cherchent à comprendre ce qui s'est passé pour qu'un tel drame survienne. Ils veulent notamment savoir s'il y a eu des défaillances dans la sécurité de la salle de spectacles. Mercredi 25 mai, certains d'entre eux étaient sortis dépités de l'entretien avec les juges.

    Au coeur des indignations, il y a cette présence de militaires armés devant le Bataclan le 13 novembre 2015 au soir. Ils n'auraient pas eu l'ordre d'intervenir. Les juges chargés de l'enquête ont parlé de cet épisode mercredi 25 mai aux parties civiles et à leurs avocats. Et Amélie, rescapée du Bataclan, trouve cela inadmissible.

    → A (RE)LIRE : Il y a six mois, le terrorisme frappait Paris

    « Ils auraient pu sauver des vies et ils n'ont même pas bougé, parce qu'ils n'avaient pas reçu l'ordre de leurs supérieurs ou de je ne sais qui pour pouvoir tirer, dénonce la jeune femme. Donc ils n'ont pas bougé. Pour moi, il y a un problème. Il y a un problème dans le fonctionnement. On a vu les choses les plus horribles au monde pendant deux heures et demie pour ma part. On a attendu la mort pendant deux heures et demie et il n'y a pas un mec qui a bougé devant. »

    Ils auraient pu sauver des vies et ils n'ont même pas bougé, parce qu'ils n'avaient pas reçu l'ordre de leurs supérieurs.
    Amélie, rescapée de l'attentat du Bataclan

    Sur ce point, Jean Cornet, qui a perdu sa fille et son gendre dans l'attaque du Bataclan, a été rassuré par le sérieux des juges mais, selon lui, ils ne pourront pas répondre à tous les questionnements.

    « Ils n'ont pas la possibilité d'intervenir sur le fait de savoir notamment si les précautions qu'il fallait prendre ont été prises, si les gens qui participaient au concert ont été bien défendus. Sans doute qu'on n'a pas tiré la leçon de certaines choses qui étaient connues. »

    → LIRE AUSSI : Attentats de Paris: des parlementaires inspectent le Bataclan

    La sécurité du Bataclan est donc pointée du doigt par plusieurs rescapés et proches de victimes des attentats du 13 novembre 2015. Une information judiciaire ouverte en 2010 sur un projet d'attentat visant la salle de concerts s'était soldée par un non-lieu, deux ans plus tard.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.