GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Filière jihadiste de Strasbourg: la question du recrutement au cœur du procès

    media Le procès des sept Strasbourgeois s'est ouvert lundi 30 mai au tribunal correctionnel de Paris. Wikimedia CC BY-SA 2.5 Marie-Lan Nguyen

    Au deuxième jour du procès des sept Strasbourgeois revenus de Syrie, le tribunal correctionnel de Paris tente de comprendre comment ils ont été recrutés.

    Au tribunal correctionnel de Paris, David Thomson

    Au centre des débats ce mardi 31 mai, un grand absent Mourad Fares, considéré comme l’un des principaux recruteurs de jihadistes français pour la Syrie. C’est ce Francais, actuellement détenu en France, qui a incité et facilité leur départ pour la Syrie.

    Les sept prévenus ont d’abord fait sa connaissance sur Facebook en 2012, sur une page incitant à la « hijra », l’émigration en terre d’islam. Après quelques mois d’échanges virtuels, certains de ces Strasbourgeois, dont Karim, le frère d’un des kamikazes du Bataclan, rencontre physiquement Mourad Fares à Paris, à Strasbourg, puis à Lyon, sa ville d’origine.

    → (RE)LIRE : Affaire Mourad Fares: les filières du jihad passent par Internet

    Dans ces rencontres en groupe, où les téléphones sont confisqués par peur des infiltrations, il n’est pas encore question de jihad, disent les prévenus. « Oui, il nous a sensibilisés. C’est lui qui nous a informés sur le conflit syrien. Il nous a parlé des tortures, des viols, des exactions, avec des paroles religieuses », raconte Karim.

    Mourad part le premier en Syrie en juillet 2013. Il explique aux Strasbourgeois comment le rejoindre. Par petits groupes de deux ou trois, ils partent en Turquie où Mourad leur envoie un passeur pour la Syrie.

    Sur place, le groupe est conduit dans un hangar de l’organisation Etat islamique en Irak et au Levant, où chacun remplit des fiches de renseignements où ils doivent notamment choisir s’ils veulent être combattant ou candidat à opération suicide. Tous ont coché la case combattant. « Nous n’avions pas le choix, rien ne s’est passé comme prévu, explique l’un d’eux, sinon nous aurions été emprisonnés ou tués ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.