GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le Sacre du Printemps dans les Arènes de Nîmes

    media « Le Sacre du Printemps », une chorégraphie de Pina Bausch, interprétée par le Tanztheater Wuppertal Pina Bausch dans les Arènes de Nîmes. Les Arènes de Nîmes

    Deux pièces emblématiques de la chorégraphe allemande Pina Bausch, disparue en 2009, sont jouées dans les Arènes de Nîmes, dans le sud de la France, pendant quatre soirs : « Café Müller » et « Le Sacre du Printemps », accompagnées par l’Orchestre Les Siècles dans la fosse. Un spectacle monumental.

    Sur scène, 16 hommes et 16 femmes dansent sur une terre brune, mouillée, chaque clan entretient avec l’autre des rapports de force brute, se jauge, jusqu’à ce qu’une jeune femme soit élue pour être le bouc-émissaire, pour être sacrifiée. C’est Le Sacre du Printemps, d’après la chorégraphie de Pina Bausch, portée par la pulsation hypnotisante de la musique d’Igor Stravinsky. Dans la fosse joue l’orchestre Les Siècles, composé de 120 musiciens, avec, à leur tête, le chef d’orchestre François-Xavier Roth.

    L’énergie de l’orchestre

    « Les danseurs sont habitués à travailler avec un temps froid, puisqu’il s’agit d’un enregistrement de Pierre Boulez qui dirige l’œuvre. Mais, c’est vrai, quand on est avec un orchestre et un chef, il y a d’autres enjeux. Donc nous, on aille vers eux à certains moments où c’est un peu trop lent ou un peu trop vite et eux aussi, ils prennent également beaucoup l’énergie de l’orchestre. »

    Les Arènes de Nîmes, un lieu de sacrifice

    La chorégraphie de Pina Bausch a fait le tour du monde. Ce soir, elle se retrouve ici, dans les Arènes de Nîmes, un immense amphithéâtre gallo-romain à ciel ouvert, là où se jouaient les jeux de gladiateurs, il y a deux millénaires, là où se tiennent encore les corridas d’aujourd’hui. Un lieu de sacrifice, donc, qui fait écho, de façon saisissante, à la tragédie du Sacre du Printemps.

    ► Le Sacre du Printemps et Café Müller, deux pièces du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch, du 6 au 9 juin aux Arènes de Nîmes.

    → Écouter sur RFI : Le Rendez-vous culture

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.