GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Tibéhirine: la justice française récupère des prélèvements des têtes des moines

    media Les moines trappistes du monastère de Tibéhirine dans l'Atlas algérien. DR

    Une juge française a pu rapporter d'Algérie des prélèvements sur les crânes des moines de Tibéhirine. Ces éléments pourraient faire avancer l’enquête sur l’enlèvement et l’assassinat des religieux en 1996.

    Vingt ans après les faits, l’enquête sur l’enlèvement et l’assassinat des moines de Tibéhirine pourrait connaître des grandes avancées. A l’issue d’un voyage en Algérie cette semaine, la juge d’instruction française Nathalie Poux a pu rapatrier des prélèvements des têtes des religieux. Ils avaient été effectués en octobre 2014 lors de l’exhumation des crânes, en présence de juges et d’experts français. Mais ceux-ci n’avaient pas pu les rapporter en France, ce qui avait conduit des proches des moines à dénoncer une « confiscation des preuves » et une « obstruction » à l’enquête française.

    En échange de ces prélèvements, les juges français ont remis à leurs homologues algériens des prélèvements ADN des familles des moines, nécessaires à leur propre enquête.

    D’après les premières constatations des experts, les prélèvements seraient « en bon état et exploitables ». Si c’est confirmé, et si les comparaisons ADN certifient que les crânes sont bien ceux des moines, ces prélèvements pourraient permettre de lever plusieurs zones d’ombre. Et d’abord confirmer que la décapitation des religieux a eu lieu post-mortem, comme de premières investigations effectuées sur place l’indiquaient pour trois d’entre eux. « Il va falloir confirmer sur les sept crânes », remarque François Baudoin, l’avocat des familles.

    Ces prélèvements pourraient également permettre de déterminer la datation de la mort des moines. « Les experts avaient l’impression que la mort des moines pourrait être bien antérieure à ce qui avait été annoncé. Cela pourrait être expertisé d’une manière très précise avec les prélèvements, s’ils sont exploitables », indique encore François Baudoin.

    Les sept moines cisterciens avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère de Notre-Dame de l’Atlas. Un communiqué du Groupe islamique algérien (GIA) avait revendiqué leur assassinat le 21 mai 1996. Mais seules les têtes des religieux avaient été retrouvées sur une route, ce qui avait fait naître des doutes sur une possible implication des services de renseignements algériens ou sur une bavure de l’armée. Les experts français avaient notamment estimé que l’« hypothèse d'un décès entre le 25 et le 27 avril 1996 », soit plus de trois semaines avant la date annoncée dans la revendication du GIA, apparaissait « vraisemblable ».

    Avec agences

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.