GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    France

    France: le groupe EI revendique le meurtre d'un policier et de sa compagne

    media Un véhicule du Raid après l'assaut donné à Magnanville, à l'ouest de Paris, vers minuit ce lundi 13 juin. MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

    Un commandant de police a été tué à coups de couteau, lundi soir, devant son domicile à Magnanville dans les Yvelines, à l'ouest de Paris, par un individu qui s'est ensuite retranché dans la maison du policier. Le Raid est intervenu. L'assaillant, qui s'est revendiqué du groupe Etat islamique, a été abattu. Une enquête antiterroriste a été ouverte.

    L'assaillant a tué le policier devant chez lui de plusieurs coups de couteau. Il s'est ensuite retranché au domicile du commandant de police.

    Le Raid (unité d'élite de la police nationale) est arrivé sur place vers 21h30 et a mis en place un périmètre de sécurité autour de la résidence de la victime. Des négociations ont été établies avec l'agresseur qui a affirmé détenir des otages à l'intérieur de la maison. « Des contacts ont été établis à plusieurs reprises afin de dénouer cette situation », a précisé Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

    Le forcené abattu

    Mais ces négociations n'ont rien donné. Des détonations ont alors été entendues. Et suite à l'intervention du Raid autour de minuit, le forcené a été abattu, selon le procureur de la République de Versailles.

    Les policiers du Raid sont alors entrés dans la maison du policier où ils ont découvert le cadavre de la compagne du commandant, elle-même secrétaire administrative au commissariat de Mantes-la-Jolie. Un petit garçon de 3 ans, le fils du couple, a lui été retrouvé sain et sauf, mais en état de choc, par les policiers.

    L'assaillant s'est revendiqué du groupe Etat islamique

    Pour l'instant, ni l'identité, ni les motivations de l'agresseur n'ont été établies. Mais à peine quelques heures après, l'agence Amaq liée au groupe jihadiste a affirmé qu'un « combattant de l'Etat islamique » avait tué le couple près de Paris, selon le centre américain de surveillance de sites jihadistes SITE.

    Et selon des sources policières citées par l'AFP, l'homme se serait revendiqué du groupe Etat islamique durant les négociations avec le Raid. Des témoins ont aussi rapporté aux enquêteurs qu'il aurait crié « Allah akbar » en attaquant le policier.

    Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

    Réunion à l'Elysée mardi matin

    Le policier décédé, âgé de 42 ans, était en poste au commissariat des Mureaux (Yvelines). Le président Hollande a assuré que « toute la lumière sera faite » et il a convoqué une réunion à l'Elysée ce mardi matin.

    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a lui exprimé son « infinie tristesse ». Il a annoncé qu'il se rendrait ce mardi matin au « commissariat des Mureaux et de Mantes-la-Jolie » pour « témoigner la solidarité du gouvernement ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.