GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat de Salisbury: l'Union européenne sanctionne les chefs du renseignement militaire russe (officiel)
    • Frappes en Syrie: Israël ne laissera «pas passer» les actes «d'agression» iraniens, selon Netanyahu
    • L'Union européenne (UE), sujet «tabou» du grand débat, déplore Florian Philippot sur RFI
    • Tennis-Open d'Australie: le Français Lucas Pouille s'est qualifié pour son premier quart en Grand Chelem depuis plus de deux ans
    • Afghanistan: au moins douze morts dans une attaque talibane contre un campement militaire proche de Kaboul (autorités)
    • Le Québec indique vouloir «doubler» ses échanges commerciaux avec la France (Premier ministre François Legault sur TV5 Monde)
    France

    Référendum sur l'aéroport de Notre-Dame des Landes: un vote inédit

    media Les habitants de Nantes font la queue pour voter au référendum sur le projet d'aéroport Notre-Dame des Landes, le 26 juin 2016. AFP/Loic Venance

    Partisans et opposants à la création d'un nouvel aéroport à Nantes, dans l'ouest de la France, s’expriment ce dimanche 26 juin lors d'un référendum local inédit. Annoncé par François Hollande, ce scrutin consultatif devait permettre de sortir de l'enlisement ce dossier, qui a empoisonné les relations entre le Parti socialiste au pouvoir et les écologistes.

    Les bureaux de vote ont ouvert à 8h ce dimanche matin pour ce qui sera peut-être l'épilogue de 50 ans de bras de fer. Première du genre en France, cette consultation locale dans 1 051 bureaux de vote permet aux habitants de Loire-Atlantique -un million d'électeurs- de s’exprimer sur le projet prévoyant le transfert de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique, tout proche de la ville, vers le site de Notre-Dame des Landes, au nord de la ville.

    Initié par le gouvernement, ce référendum n'a que valeur d'avis, mais le chef de l'État et son Premier ministre Manuel Valls ont promis qu'il serait suivi d'effet. « Si le non l'emporte, le projet sera abandonné. Si le oui l'emporte dimanche, le projet sera engagé », a assuré Manuel Valls.

    Une participation assez forte

    Les premiers chiffres donnent une participation assez forte au référendum local. Dans le quartier Bellevue à Nantes, le bureau de vote est très animé. Même si dans cette quartier populaire le « non » à l’aéroport serait prioritaire, une habitante confirme qu’elle a voté « oui » car que selon elle, le futur aéroport va engendrer de l’emploi. Mais elle affirme que tous ses voisins sont contre.

    De son côté, la maire de Nantes, Johanna Rolland, défend avec enthousiasme ce projet d’aéroport et sa position convainc certains, comme cette dame qui assure suivre le choix des élus. D’autres soulignent que leur « non » à l’aéroport est catégorique. Pour eux, l’aéroport existant de Nantes Atlantique fonctionne très bien et malgré ce qu’on entend, le nouvel aéroport ne va pas créer des emplois durables.

    Une consultation « illégitime » selon les partisans du « non »

    Mais dans le camp du « non », les associations hostiles au projet ainsi qu'Europe Ecologie-Les Verts et le Parti de gauche, ont annoncé qu'ils ne respecteraient qu'un seul résultat, la victoire du « non ». Ceux-ci dénoncent une consultation « illégitime », en raison de son périmètre réduit au seul département de Loire-Atlantique, réputé plus favorable au « oui ».

    Soutenu par les milieux économiques et longtemps porté par l'ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères de François Hollande, ce projet est combattu bec et ongles par des milliers de personnes, écologistes en tête. Afin de bloquer les travaux, quelque 200 opposants se sont installés depuis 2009 dans des logements de fortune sur cette « zone d'aménagement différée » (ZAD) rebaptisée « zone à défendre ».

    (Avec AFP)
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.