GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la difficile succession de Patrick Balkany

    media Le député-maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany (ici à l'Assemblée nationale en septembre 2014). AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

    Le député-maire de Levallois-Perret Patrick Balkany avait minutieusement préparé sa succession aux législatives de 2017. Sauf que celle qui devait prendre la relève, Agnès Pottier-Dumas, est finalement inéligible.

    Le code électoral a parlé : Agnès Pottier-Dumas n'assurera pas la succession de Patrick Balkany. Le sulfureux maire de Levallois-Perret avait pourtant assuré ses arrières : la jeune femme de 31 ans n’est autre que sa conseillère municipale et fut pendant plusieurs années sa collaboratrice parlementaire.

    Le souci, c’est qu’Agnès Pottier-Dumas travaille aussi pour le cabinet de Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France. Or le code électoral est clair : les membres de cabinet d’un président de région ne peuvent pas se présenter dans une circonscription.

    La collaboratrice de Patrick Balkany a donc posé sa démission, mais à l’oral alors que le code le demande à l’écrit. « Sa démission n'est pas conforme aux règles, elle aurait dû intervenir par lettre recommandée, après quoi un délai de huit jours est nécessaire avant qu'elle ne devienne effective », a expliqué le cabinet de Valérie Pécresse, alors que cette lettre n'a jamais été envoyée. Elle n’a donc pu être acceptée. De son côté, Agnès Pottier-Dumas se dit « de bonne foi » et « regrette cette décision ».

    Jusqu’au 28 juin dernier, Patrick Balkany était désigné candidat à sa propre succession, investiture validée par le parti Les Républicains, ce qui avait provoqué un tollé à droite comme à gauche.

    Agé de 67 ans, ce dernier a été mis en examen à quatre reprises dans différentes affaires. Mais officiellement, c'est pour respecter la loi contre le cumul des mandats qu'il a renoncé à se présenter à la députation. L’ancien président de la République et actuel chef du parti, Nicolas Sarkozy, qui avait lui-même adoubé son ami d’enfance, lui a demandé de jeter l’éponge.

    Pour l’instant, le nouveau successeur de Patrick Balkany n’a pas été désigné.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.