GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: Salah Abdeslam demande à ne plus être vidéosurveillé 24H/24

    media Salah Abdeslam est détenu dans une cellule spécialement aménagée, sous la surveillance ininterrompue de caméras, deux dans sa cellule, d'autres dans sa salle de sport et ses cours de promenade. AFP PHOTO / POLICE NATIONALE

    Il est filmé 24H/24. Salah Abdeslam estime que cela est contraire à ses droits fondamentaux. Détenu à l'isolement dans la prison de Fleury-Mérogis en région parisienne, le seul survivant des commandos des attentats du 13 novembre a saisi ce mercredi la justice.

    « Il ne sortira jamais de prison, laissez-lui au moins le respect de sa vie privée. » Frank Berton, l'avocat de Salah Abdeslam, termine par ces mots sa plaidoirie. Selon lui, un simple arrêté ministériel n'est pas un cadre législatif suffisant pour mettre en place une telle vidéosurveillance.

    « Quel droit a-t-il ? Il n’a aucun droit. Il a simplement celui de pourrir à l’éternité et à perpétuité en maison d’arrêt. Je peux entendre ce discours, sauf que la loi - et c’est ici le débat que nous avons eu au tribunal de Versailles avec le représentant du garde des Sceaux – exige que ce soit le législateur qui prenne de telles mesures. Là, on a un arrêté ministériel en marge et en dehors de toute loi », explique Me Frank Berton.

    L'avocat demande donc qu'une loi soit votée. Salah Abdeslam en ferait même un préalable pour commencer à s'expliquer sur le fond de l'affaire.

    « Il ne passe son temps qu’à ne parler que des caméras, des caméras, des caméras… Voilà, c’est une obsession pour lui. Je crois qu’il faut l’entendre. Il en fait parfois un préliminaire d’explication devant le juge d’instruction et s’il ne parle pas, c’est vrai qu’il aura quand même moins d’excuses que si la vidéosurveillance est levée », assure l’avocat.

    De son côté, l'avocat du gouvernement demande le rejet de ce référé liberté qui ne présente, selon lui, aucune urgence. Le tribunal se prononcera vendredi.

    A (RE) LIRE → Salah Abdeslam: de Molenbeek aux attentats de Paris, itinéraire d'un suspect clé

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.