GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Val-d’Oise: l’autopsie d’Adama Traoré semble écarter la thèse de la bavure

    media Une voiture brûlée devant la mairie de Beaumont-sur-Oise après les violences survenues durant deux nuits, suite au décès d'Adama Traore. THOMAS SAMSON / AFP

    Après les échauffourées de ces derniers jours dans le Val-d'Oise, près de Paris, la justice a demandé l'autopsie du corps d'Adama Traoré. C'est le décès de ce jeune homme pendant son arrestation par la gendarmerie qui a provoqué la colère de ses proches. Les manifestants accusent les forces de l'ordre d'être à l'origine de sa mort, mais l'examen médical du cadavre de la victime semble écarter la thèse de la bavure policière.

    Les premiers résultats de l'autopsie qui ont été communiqués ce jeudi en fin d’après-midi par le parquet montrent qu'Adama Traoré souffrait d'une « infection très grave » et qu'il n'a pas subi de violences.

    Yves Jannier, le procureur de la république de Pontoise, a déclaré que son infection touchait « plusieurs organes »  et que le médecin légiste n'a pas relevé de traces de violences significatives, seulement quelques égratignures.

    La cause de la mort d'Adama semble donc être médicale alors qu'il était en hyperthermie lorsque les secours sont arrivés. Des examens complémentaires et bactériologiques devraient permettre d'en savoir plus. Mais ces premiers résultats tendent à contredire la thèse de la famille du jeune homme qui pense que sa mort a été provoquée par les violences subies lors de son arrestation.

    Adama Traoré est décédé lors de son interpellation par les gendarmes mardi après-midi. L'homme a fait « un malaise » a déclaré le procureur et est décédé à Persan. Il a été suspecté dans une affaire d'extorsion de fonds.

    De son côté, Jacques Toubon, le défenseur des droits, a annoncé qu'il allait enquêter sur les circonstances du décès et a lancé un appel au calme. Deux nuits de violence dans plusieurs communes du département ont suivi la mort du jeune homme. Neuf véhicules, dont deux de la police municipale, avaient été incendiés, les forces de l'ordre ont essuyé des tirs de cocktail Molotov et des bâtiments publics ont été dégradés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.