GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    France

    France: Manuel Valls veut ressusciter la Fondation pour l'islam de France

    media Le Premier ministre Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 20 juillet 2016. REUTERS/Philippe Wojazer

    C'est la deuxième fois qu'il aborde ce sujet cette semaine. Manuel Valls, le Premier ministre, a précisé ce dimanche dans le JDD sa pensée quant aux financements étrangers de mosquées en France qu'il souhaite interdire temporairement. Pour pallier les fonds manquants, il appelle donc à refonder une vieille institution : la Fondation des œuvres de l'islam de France.

    La Fondation des œuvres de l'islam de France existe depuis plus de dix ans, mais elle n'est aujourd'hui qu'une coquille vide. C'est pourtant par son biais que Manuel Valls souhaite agir pour le financement des mosquées françaises.

    Le Premier ministre le répète, il souhaite interdire les fonds en provenance de pays étrangers, même si les mosquées françaises sont en très grande partie financées par les fidèles eux-mêmes - l'argent en provenance de l'étranger ne compte en effet que pour moins de 20% des sommes. En première ligne, le Maroc, l'Algérie et l'Arabie saoudite.

    Un enjeu plus symbolique

    Mais pour Manuel Valls, l'enjeu est peut-être plus symbolique qu'utile. En ressuscitant cette fondation et en lui confiant ce rôle, le Premier ministre entend montrer que les autorités s'engagent pour « débarrasser ceux qui minent l'islam de l'intérieur ».

    Une main tendue vers les représentants de la communauté musulmane, un premier pas vers un pacte avec l'islam de France qu'il appelle de ses vœux. Avec cette démarche, Manuel Valls se défend cependant de toute volonté de mettre en place un concordat avec l'islam. « Ce serait une insulte à la laïcité » estime-t-il.

    Il rejoint sur cette ligne son ministre de l'Intérieur et des Cultes, Bernard Cazeneuve, à qui on avait pourtant prêté une telle volonté avant qu'il ne le démente vigoureusement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.