La crème du vin est en Normandie - France - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

La crème du vin est en Normandie

media Le vignoble des Arpents du Soleil à Grisy (Calvados). Arpents du Soleil

Un vignoble au pays du cidre et du Calvados. Derrière l'image insolite, le pari d'un passionné, Gérard Samson, un ancien notaire reconverti vigneron. La rencontre d’un homme et d’un terroir, le meilleur postulat pour espérer produire un vin de qualité.

Ceci est une vigne, n’en déplaise à Magritte. Son enracinement normand entre vaches et pommiers, au coeur du Pays d'Auge cher au philosophe Onfray, laisserait pourtant croire le contraire au premier esprit chagrin venu. C’est précisément ce que Gérard Samson n’a pas fait, quand il a planté en 1995 ses premiers pieds de vigne à Grisy, aux confins de la commune de Saint-Pierre-sur-Dives, à quelques encablures au sud de Caen (Calvados).

Le bien nommé domaine des Arpents du Soleil, orienté au sud, est juché sur six hectares soixante d’une lentille de terre qui répond à un critère primordial dans l’élaboration du vin : l’alimentation hydrique régulière et modérée. Autrement dit, il faut assurer à la vigne par ses racines une parfaite régularité de l'alimentation en eau.

Un sol et un climat exceptionnels

« Ici, aux Arpents du Soleil, l'alimentation hydrique régulière et modérée est assurée par la fissuration de la roche qui permet aux racines de rentrer en profondeur, et d’aller chercher un peu de fraîcheur au cœur de l’été, alors que sinon nos quelques centimètres de sol arable superficiel seraient totalement inopérants », explique Gérard Samson. Un pas de côté à quelques mètres à peine du vignoble suffit pour constater le changement radical de sol. Dans le champ attenant, le voisin cultive ainsi betteraves et pommes de terre…

Un sol exceptionnel (jurassique bathonien) qui témoigne du même état géologique que la côte de Nuits, l’une des parties les plus prestigieuses des vignobles de Bourgogne. « Les caractéristiques physiques du sol et des sous-sols des Arpents du Soleil correspondent aux critères définis par les scientifiques de l’INRA et du CNRS pour qu’un sol soit un grand sol viticole », assène fièrement Gérard Samson avant de mettre au défi son interlocuteur : « Emmenez quelques cailloux d’ici, et allez les comparer en labo avec ceux de Bourgogne, on peut les confondre ».

« Le sol fait partie des fondamentaux des Arpents du Soleil. La première base a été l’antécédent historique, sur lequel je suis tombé dans les années 1970 en faisant mes recherches dans les bibliothèques universitaires normandes. Cet antécédent s’est recoupé avec la climatologie puisque nous sommes à l’endroit le plus sec en Normandie, la vallée de la Dive », justifie notre hôte, prompt à tordre le cou aux idées reçues : « Il y a des endroits secs en Normandie. La zone médiane de la Normandie où nous nous trouvons est une zone sèche, et nous sommes si je puis dire à l’épicentre du phénomène. On est à moins de la moitié de ce qu’il pleut sur d’autres régions de Normandie. C’est la notion de microclimat, ni plus ni moins ».

Le vin normand, au Moyen-Âge déjà

Si ce vignoble est bel et bien « un magnifique endroit très singulier », dixit le vigneron, c’est justement à cause de ce phénomène d’entonnoir, climatique et géologique. « Un grand terroir, c’est un miracle de la nature », ajoute-t-il, l'air reconnaissant envers cette terre qu'il cultive.

Les anciens ne s’y étaient néanmoins pas trompés en cultivant la vigne dès l’époque médiévale à l’emplacement exact occupé aujourd’hui par le vignoble. Au XVIIIe siècle, la carte de Cassini, première carte topographique du royaume de France, mentionnait également à cet endroit la présence de ceps de vigne. Fruit de la patience et de la détermination de Gérard Samson, la parcelle a retrouvé sa vocation viticole depuis 1995. Un demi-hectare pour commencer, jusqu’à la première vendange et la récolte du premier millésime en 1998, immédiatement salué par le Guide Hachette des vins. Vingt ans plus tard, le vin des Arpents du Soleil figure toujours dans la sélection des meilleurs vins de France du célèbre guide dans son édition 2016.

Gérard Samson a accompli ses classes viticoles à l’Ecole des vins de Beaune avant d’acquérir de la pratique en réalisant de nombreux stages chez des vignerons. La poursuite d’une passion pour celui qui, alors adolescent, plantait son premier cep de vin de table dans le jardin familial.

Un vignoble recréé de toute pièce

La passion, le courage et la ténacité, ce quinquagénaire enthousiaste n’en a jamais été dépourvu, quand il s’est mis en tête de faire mûrir du raisin en terre normande. « Les Arpents du Soleil ne sont pas un vin de cépage, mais un vin de terroir. Dans la réglementation, je ne pouvais dans un premier temps qu’être un vin de pays, et aujourd’hui une IGP (Indication géographique protégée). Ce dont je ne me plains pas, car c’est déjà très satisfaisant. Mais en réalité j’ai une démarche d’AOP (Appellation d’origine protégée) dans ce vignoble, une démarche d’extrême qualité », explique-t-il, néanmoins conscient que l’AOP n’est pas un sésame magique et suppose de très lourdes contraintes réglementaires à supporter.

« On a recréé ce vignoble de toute pièce », raconte le maître du lieu. Normandie oblige, malgré les excellentes conditions climatiques de l’endroit, Gérard Samson est parti de l’idée qu’il fallait choisir des cépages précoces, comme le pinot noir, le pinot gris et l’auxerrois, tous issus sur le plan génétique de la famille chardonnay pinot noir. Les recherches historiques effectuées sur l’ancien vignoble témoignent d’ailleurs de la présence passée de cépages idoines.

« Ne soyons pas prétentieux, mais la progression est régulière, vraisemblablement parce que le site gomme les aléas climatiques. Cela peut paraître prétentieux, car c’est la notion de grand cru un site qui gomme les aléas climatiques. Donc on n’a pas des années catastrophes et puis des super années, on a de bonnes années ». Entre 30 000 et 40 000 bouteilles sont produites chaque année, uniquement en flacons de 50cl.

À l'écouter, on comprend que le vigneron est le révélateur de son terroir, et qu'avec le temps et l’expérience cette révélation se fait de mieux en mieux. « Le vigneron mûrit et gagne en expérience personnelle, il est initié, au sens ésotérique, et ça se transmet au vin ».

À consulter : le site des Arpents du Soleil

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.