GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Sous-marins DCNS: le constructeur français porte plainte contre X

    media Sous-marin Scorpène sur le site de construction de DCNS à Nantes, le 26 avril 2016. REUTERS/Stephane Mahe

    Trois jours après la révélation par la presse australienne de la fuite massive de documents confidentiels DCNS concernant les sous-marins Scorpène conçus par le constructeur français pour la marine indienne, l'Australie tente encore de rassurer, et de se rassurer. Désormais, la question de la sécurité d'autres contrats se pose, et en premier lieu du contrat australien pour la construction de douze sous-marins de type Barracuda.

    Officiellement, l'Australie se veut rassurante. Canberra avait dès mercredi réaffirmé sa confiance à DCNS, et ce matin à la radio, le ministre australien de l'Industrie de défense a expliqué que ces fuites étaient évidemment très graves et gênantes pour l'Inde et pour le constructeur français, mais sans aucune incidence sur le projet australien.

    Ce projet porte sur des sous-marins de type Barracuda et non pas sur des Scorpène. « Les mesures de sécurité entourant ce projet sont les plus strictes au monde ! » , a assuré le ministre. Cependant, d'autres déclarations laissent à penser que la défense australienne n'est pas aussi sereine que cela. Selon un porte-parole du ministre de l'industrie de défense, cité par l'agence de presse Reuters, le ministère aurait averti DCNS qu'il était très préoccupé par les conséquences possibles de cette affaire.

    Le constructeur français a de son côté déposé plainte contre X pour abus de confiance, recel et complicité. Il s'agit d'une fuite, ou d'un vol plutôt de données datant de 2011 et portant sur les capacités de combats des Scorpène, notamment le système de lance-torpilles, des documents à usage commercial sans caratère confidentiel au sens du secret défense, explique-t-on de source militaire française.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.