GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le financement de l’islam, l'équation que cherche à résoudre Cazeneuve

    media Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve réunit les responsables musulmans pour des consultations sur l'islam de France. REUTERS/Stephane Mahe

    Attentat de Nice, Saint-Etienne du Rouvray, polémique sur le burkini… C’est dans ce climat tendu que Bernard Cazeneuve consulte sur l’islam de France et son éventuelle réforme. Le ministre de l’Intérieur reçoit place Beauvau à Paris. Les premiers entretiens ont débuté aux alentours de 10 h. Cette réunion doit aussi poser les bases de la question sensible du financement de l’islam de France.

    Avec notre envoyé spécial place Beauvau, Pierre Olivier

    Les deux structures qui composent cette nouvelle Fondation pour l’islam de France seront entièrement financées par les dons de particuliers ou d’entreprises. Il n’y aura pas de participation de l’Etat car en France, depuis 1905, la loi interdit tout financement des cultes avec l’argent public.

    Mais la question qui se pose, c’est la place que les financements étrangers, et notamment venant d’Arabie saoudite, occupera dans l’islam de France. Si la Fondation pour l’islam ne pourra pas recevoir un seul centime d’autres pays, ce ne sera peut-être pas le cas à des niveaux plus locaux.

    Interdire le financement étranger ou non ?

    Mohammed Moussaoui, président d’honneur du Conseil français du culte musulman (CFCM) explique : « Dans les statuts de la fondation, il n’y aura pas de financement venant de l’étranger, dans l’association cultuelle également. Mais il est assez évident de dire que la loi actuelle de la République ne permet pas l’interdiction de financement venant de l’étranger, qui reste d’ailleurs à la marge puisqu’on parle de 10 à 20 % de financement du culte musulman. »

    Autrement dit, selon Mohammed Moussaoui, à des initiatives très locales liées à l’islam, elle pourrait continuer d’être financée par d’autres pays. Pourtant Jean-Pierre Chevènement, également présent, ancien ministre de l'Intérieur, qui prendra la direction de la Fondation pour l’islam de France, avait demandé à ce que tout financement étranger soit interdit. D’autres débats pourraient donc suivre cet après-midi sur cette question.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.