GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: Marine Le Pen distribue les coups pour sa rentrée

    media Marine Le Pen a pointé du doigt les carences de ses adversaires pour 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Marine Le Pen effectuait ce samedi sa rentrée politique à Brachay (Haute-Marne). Dans ce hameau de 57 habitants où le Front national obtient ses meilleurs scores, la patronne du parti d'extrême-droite a défendu « l'apaisement par l'autorité » tout en cognant sur ses adversaires.

    Avec notre envoyé spécial à Brachay,  Pierre Firtion

    Devant plusieurs centaine de personnes, la présidente du FN n’a cessé durant plus de quarante minutes de taper sur ses adversaires politiques à Brachay, cette commune de Haute-Marne de 57 habitants. Pointant leurs bilans, raillant les guerres d’egos, elle a ironisé sur « ces primaires qui portent bien leur nom ».

    « Le pays n’est pas gouverné, il est abandonné », a-t-elle ensuite lancé, dressant un tableau très sombre de la situation de la France. Marine le Pen n’a pas manqué de cibler à plusieurs reprises Nicolas Sarkozy en parlant de ce personnel politique soumis selon ses mots « aux Qataris et aux Saoudiens ». « Comment concevoir de remettre quelqu’un à l’Elysée qui a si lourdement échoué ? », s’est-elle interrogée à haute voix.

    Moins clivante

    Nous choisissons la loi, l'ordre, la République

    Marine Le Pen

    Présidente du FN

    03/09/2016 - par Pierre Firtion Écouter

    La patronne du parti d’extrême-droite s’est, pour sa part, présentée en « femme libre » face aux compromissions supposées de ses adversaires. A huit mois de la présidentielle, la présidente du Front national a tenté ce samedi de présenter un visage moins clivant, citant au passage le général de Gaulle et Montesquieu.

    « Notre modèle à nous est celui du respect de chacun », a-t-elle déclaré, avant de conclure : « le chemin que je propose est celui de l’apaisement par l’autorité ». « La France apaisée », c’est depuis plusieurs mois le nouveau slogan du FN.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.