GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Valls et Macron, deux visions du rocardisme

    media Emmanuel Macron (g.) et Manuel Valls ont livré leur vision de l'héritage de Michel Rocard, jeudi 15 septembre 2016, lors d'un colloque en son hommage. REUTERS/Charles Platiau

    Manuel Valls et Emmanuel Macron ont participé, jeudi 15 septembre, à un colloque organisé par la Fondation Jean Jaurès en hommage à Michel Rocard. Les deux hommes ont pris soin de ne pas se croiser puisque l'un a fait l'ouverture, l'autre la clôture.

    Emmanuel Macron et Manuel Valls ont défendu chacun leur tour la petite part de Michel Rocard qu’ils ont en eux, mais surtout sans afficher l’ambition de se prévaloir du titre d’héritier.

    « Cet héritage est trop vaste pour que d’aucuns prétendent dans cette salle l’embrasser à lui seul », a déclaré l’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Même son de cloche pour le Premier ministre, Manuel Valls : « J’entends que l’héritage de Michel Rocard serait très disputé. Ne comptez pas sur moi pour participer à cette dispute qui serait mesquine. »

    Pas de mesquinerie donc, mais des messages non subliminaux. Michel Rocard était un homme de parti et Emmanuel Macron le reconnaît tout en constatant qu’ « il fut certainement parmi les premiers à réaliser les incohérences idéologiques qui traversaient le Parti socialiste ».

    Manuel Valls salue, lui, l’engagement socialiste de Michel Rocard : « Il revendiquait toujours avec fierté d’avoir sa carte. »

    Mais Emmanuel Macron veut dépasser les partis. « La tendance naturelle d’une société, c’est de construire des camps. La capacité à agir, c’est de recréer cette petite relation inédite qui permet qu’on regarde différemment l’autre. Il avait ce don. »

    Manuel Valls revendique pour sa part de défendre le social-réformisme de Michel Rocard, mais s’inscrit dans un camp. « Ce social-réformisme, ce n’est pas une gauche allégée », argue-t-il.

    Emmanuel Macron et Manuel Valls sortent peut-être du même sillon, le rocardisme, mais les deux hommes ne font plus partie de la même famille.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.