GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Chantage contre le roi du Maroc: les écoutes des deux journalistes rejetées

    media Eric Laurent est l'un des deux journalistes soupçonnés d'avoir fait du chantage à Mohammed VI. AFP PHOTO / PIERRE VERDY

    Deux journalistes français mis en examen pour tentative de chantage sur le roi du Maroc, ont marqué un point important pour leur défense. Ce mardi 20 septembre, la Cour de cassation française a jugé illégale la réalisation de deux enregistrements clés dans l’affaire.

    Pour Catherine Graciet et Eric Laurent, les deux journalistes accusés de chantage, cette décision est un véritable revirement qui les sort d'un très mauvais pas. Soupçonnés d'avoir voulu extorquer de l'argent au Maroc en échange de l'abandon d'un livre censé contenir des révélations gênantes, ils avaient été enregistrés lors de trois entretiens.

    Le premier, largement inaudible, n'est pas contesté. En revanche, les deux autres l'étaient. Des enregistrements réalisés par l'émissaire du Maroc, avec l'appui indirect de la police française. C'est d'ailleurs à l'issue du dernier entretien, en août 2015, que les deux journalistes, porteurs de 80 000 euros, avaient été interpellés.

    Pour la Cour de cassation, il s’agit d’un procédé déloyal qui porte atteinte au principe du procès équitable. « Un policier ne peut pas enregistrer une personne à son insu, s’il n’a pas l’autorisation d’un juge notamment indépendant », explique Jérémie Assous, l’avocat du journaliste Eric Laurent.

    L'affaire des enregistrements est donc renvoyée devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Reims, qui doit se prononcer sur la suite à donner à un dossier désormais largement expurgé des principaux éléments à charge.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.