GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Présidentielle 2017: François Bayrou cherche sa place

    media François Bayrou à Pau en février 2014. AFP PHOTO/Gaizka Iroz

    François Bayrou réunit sa famille politique jusqu'à dimanche à Guidel en Bretagne. Le président du Modem soutient Alain Juppé dans la course à la primaire tout en prévenant que si c'est Nicolas Sarkozy qui l'emporte, il se lancera lui-même dans la présidentielle. Le centriste va profiter de la rentrée de son parti pour défendre son espace dans une campagne qui risque de se jouer sans lui.

    La présidentielle, c'est son combat préféré, celui qui lui permet d'exister. Candidat en 2002, en 2007 et en 2012, François Bayrou s'est - pour le moment - rangé derrière Alain Juppé.

    Ce week-end, le Béarnais devrait clairement appeler ses troupes à voter pour le maire de Bordeaux. L'enjeu, c'est de mobiliser l'électorat modéré et de s'afficher comme la voix du centre. Mais quel sera l'impact de l'appel de Guidel?

    Aujourd'hui, François Bayrou est à la tête d'un parti qui ne compte plus que 14 mille adhérents, 5 fois moins qu'en 2007, et n'a plus de députés encartés à l'Assemblée.

    Surtout, il se retrouve asphyxié, coincé entre son allégeance à Alain Juppé et la concurrence nouvelle d'Emmanuel Macron. L'ancien ministre de l'Economie est un vrai sujet d'inquiétude pour le centriste. Le fondateur d'En Marche, c'est François Bayrou en plus jeune, plus neuf et sans attache.

    Menacé, le maire de Pau a riposté il y a quelques jours dans la presse : « Il n'y aura pas d'OPA sur le centre » averti François Bayrou pour qui Emmanuel Macron n'est qu'une « bulle de savon ».

    Jusqu'à dimanche, le président du Modem va tenter de se replacer sur la carte électorale et de défendre son pré carré.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.