GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
Aujourd'hui
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La préfecture interdit à Calais toute manifestation pour ou contre les migrants

    media Des migrants de la partie nord du camp passent devant le panneau d'entrée de la ville de Calais, le 7 septembre 2016. REUTERS/Charles Platiau

    Alors que la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) envisageait d'organiser un rassemblement sur le campement de la Lande à Calais, suivi d’une manifestation en direction du centre-ville, ce samedi 1er octobre, la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a pris un arrêté portant interdiction de toute manifestation revendicative en lien avec la question des migrants à Calais, Sangatte, Coquelles, Fréthun et Marck-en-Calaisis, pour l'ensemble de la journée du 1er octobre 2016.

    La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, justifie cet arrêté par la crainte de débordements et de troubles graves à l'ordre public qui s'étaient produits lors des précédentes manifestations. Elle dénonce aussi le risque d’affrontements entre extrémistes d’ultra-gauche et d’ultra-droite présents dans le Calaisis en marge de la manifestation.

    Mais pour le porte-parole de la Coalition internationale des sans-papiers et migrants, Anzoumane Sissoko, la préfecture redoute en premier lieu la très forte mobilisation en solidarité avec les migrants. Il revient sur les motifs du rassemblement :

    « On n’est pas contre le démantèlement de la junte. On est contre la solution aujourd’hui que le gouvernement propose, parce que, à chaque fois, ils détruisent des camps depuis un an et demi à Paris, le lendemain les gens reviennent encore. On leur a proposé des hébergements de deux ou trois jours. Ce n’est pas la solution. Et même ceux qui sont admis au séjour à la ville, le papier, ça ne remplace pas le toit. Et en France, il n’y a rien. J’ai été en Allemagne, en Italie, en Suisse, en Belgique, il y a des structures adaptées pour accueillir les gens pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’ils soient autonomes. En France, cela n’existe pas. Donc, ce sont les raisons de notre colère, et c’est pour cela qu’on soutient les migrants ».

    La Coalition internationale des sans-papiers et migrants a saisi le juge des référés du tribunal administratif de Lille pour contrer la décision de la préfète du Pas-de-Calais et lance un appel à une nouvelle manifestation à Calais début, novembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.